Publié dans Economie

Aéroports de Madagascar - 14 aérodromes trouvent preneurs

Publié le vendredi, 06 août 2021

Faire contribuer le transport au désenclavement, à la cohésion et au développement de chaque Région de Madagascar. C'est dans cette optique que la société Aéroports de Madagascar (ADEMA) a signé les contrats de gestion et d'exploitation de 14 aérodromes secondaires, ouverts à la circulation aérienne publique avec les nouveaux gestionnaires, hier, au ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, sis à Anosy.

« Il faut savoir que ces aérodromes pour la plupart, ne disposent pas de responsables présents en permanent sur les lieux. Ce qui n'est pas du tout acceptable en matière de sécurité aéroportuaire. C'est pour cette raison que nous avons décidé de nous associer à des acteurs du secteur privé. Ces gestionnaires seront également en charge de l'amélioration des infrastructures, du développement des recettes aéronautiques et de l'extension des activités extra- aéronautiques afin que chaque aérodrome puisse se suffire à lui-même, sans avoir recours aux appuis financiers de l'ADEMA. C'est déjà le cas notamment de Vohémar où nous collaborons avec la société Floribis. Cette dernière fait de la culture de vétivers aux alentours de l'aéroport. Cette culture génère des revenus assurant le budget de fonctionnement de l'infrastructure », développe Jean Germain Andrianirina, directeur général de l'ADEMA, hier, lors de la signature des contrats.

Ces infrastructures ne disposent pas vraiment de trafic aérien, d'où tout l'intérêt de ces activités aéronautiques. A vocation sociale, ces aérodromes visent surtout à désenclaver les Régions concernées et à faciliter le trafic. Sur le plan économique, leur développement contribuera au développement du tourisme dans ces Régions, mais aussi du secteur agricole vu que les produits pourront enfin trouver des débouchés. « C'est pourquoi l'extension de ces infrastructures ne s'arrête pas à la signature de ces contrats de gestion. Ensemble, nous allons notamment chercher des partenaires techniques et financiers, mais nous engagerons également des discussions avec les compagnies aériennes présentes dans le pays pour les convaincre de desservir dans ces aérodromes », a soutenu Joël Randriamandranto, ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie. D'autres signatures suivront après celles-ci afin de contribuer au développement du secteur aérien dans le pays.

Rova Randria

Fil infos

  • Suspicion de meurtre d’un enfant - Les inculpés et les dossiers transférés dans la Capitale
  • Exportation d’or - Le Gouvernement lève l’interdiction
  • Andry Rajoelina à Moramanga - « Le peuple doit résister aux tentatives de division »
  • Assaut meurtrier de bandits - Un propriétaire de cash point tué près de chez lui
  • Un officier de la Gendarmerie agresse une avocate - Le barreau de Madagascar scandalisé
  • Vols de taxis et assassinat - 14 personnes dont des prostituées impliquées
  • Infrastructures éducatives - Un CEG et un lycée flambant neufs à Antsahadinta
  • Jeunesse malgache - Le Président Rajoelina partage des valeurs de réussite
  • Critiques autour des élections - Le président de la CENI demande des «preuves concrètes»
  • Trafic des 49 kg d’or aux Comores - Deux accusés comoriens relâchés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Dans le recueillement et dans la dignité !
    Le sang a coulé. Des vies ont péri.Dirigeants politiques en place, camp de l’Opposition toutes tendances confondues, acteurs de la société civile, simples citoyens sur l’étendue du territoire national ont commémoré ensemble dans le recueillement, le respect et dans la dignité les tristes évènements du 29 mars 1947. Les soixante-seize années qui ont coulé n’ont jamais réussi à écorner ni à affaiblir les feux sinon la flamme du patriotisme.Quoiqu’on dise, les « évènements du 29 mars 1947 » accusèrent la barbarie des colons ainsi que les « Corps expéditionnaires » africains notamment sénégalais dépêchés à Madagasikara et ce pour mater les supposés insurgés. Des représailles surdimensionnées ! Sans foi ni loi et sans autre forme de procès, les Vazaha et consorts ont écrasé des vies humaines, des civils innocents. Ils ont détruit ou incendié des habitations, des plantations, etc. Le bilan des victimes varie selon le positionnement politique. La presse…

A bout portant

AutoDiff