Publié dans Economie

Infrastructures routières - La RN2 refait peau neuve

Publié le vendredi, 20 août 2021

Soulagement pour les voyageurs, la première Aire de stationnement, de sécurité et de repos (ASSR) vient d’être inaugurée hier par le Président de la République Andry Rajoelina au niveau du PK198 de la RN2. Bon nombre d’usagers se sont plaints depuis quelques semaines déjà du fait que des individus jettent des pierres contre les voitures qui passent à Brickaville ou encore des braqueurs de poids lourds qui sévissent jour et nuit sur cet axe, plus que fréquenté.

Raison pour laquelle, les autorités ont pris l’initiative d’installer cette ASSR à proximité d’une Brigade de gendarmerie. Ainsi, les aires de stationnement, de sécurité et de repos d’Ambalamanakana sur la nationale 7 ainsi que celle inaugurée hier à Sahamamy sur la RN 2 sont déjà opérationnelles. 5 autres ASSR sont en cours de finition à savoir celles d’Ambalakinina- Miandrivazo (RN34), Lambokely (RN8), Andranovelona- Sakay (RN1) et enfin à Kiangara (RN4). Mais les autorités prévoient aussi la construction de 5 autres ASSR à Ranohira (RN7), Ambilobe (RN6), Ifanadiana (RN25), Andaingo (RN44) et Irondro – Manakara (RN12). « Les aires de stationnement sûres et sécurisées de camions sont nécessaires pour s'attaquer aux problèmes croissants de vol de fret, de passagers clandestins à bord de camions et d'attaques contre les conducteurs. Elles veillent également à ce que les chauffeurs de camion bénéficient d'un repos sûr et de qualité », s’enthousiasme un conducteur de poids lourd qui a eu l’occasion de jouir des avantages des nouvelles infrastructures hier.

Dégradation avancée

Par ailleurs, en plus du fait que l’ASSR de Sahamamy soit pleinement opérationnelle, les travaux de réfection sur les portions les plus endommagées de la nationale 2 sont aussi en cours, présentement. En effet, suite à l’état de dégradation avancée de celle-ci, les plaintes des usagers qui pratiquent cette route nationale ne cessent de se multiplier ces derniers temps. « Il nous a fallu 10 heures pour parcourir le trajet Antananarivo-Toamasina, dimanche, au lieu de 6 à 7 heures habituellement. La route est en très mauvais état à partir de Marozevo, juste à 50 km d’Antananarivo. Nous avons pu constater que les camionneurs ont beaucoup plus de difficultés à faire le trajet », déplore un autre transporteur. Ces doléances ont ainsi alerté les autorités qui ont sélectionné quelques entreprises pour réaliser les travaux d’entretien et de réparation du tronçon Brickaville-Toamasina. La première entreprise installée à Brickaville a déjà commencé les travaux depuis le PK 250, le deuxième lot des travaux prévus sur cette route. Quant aux deux autres, leurs matériels viennent d’arriver à Brickaville le 8 août et seront acheminés vers les points d’installation de leur chantier respectif. A rappeler qu’au mois d’avril de cette année, les autorités en charge des infrastructures routières ont déjà procédé à la réception provisoire des travaux réalisés entre les PK6 et 30 ainsi qu’entre les PK68 et 115.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff