Publié dans Economie

Institution financière - La Caisse d’Epargne sort de sa zone de confort

Publié le lundi, 04 octobre 2021


Au-delà du simple livret d’épargne, la Caisse d’Epargne de Madagascar vient d’ouvrir son énième agence à Ambatolampy, hier, avec une panoplie de nouvelles offres que l’institution financière propose aux usagers de la localité ainsi que sur l’ensemble du territoire national. En effet, reconnue pour la promotion de l’épargne individuelle et l’éducation à l’épargne, la plus ancienne institution financière de Madagascar se projette dans de nouvelles activités financières et ambitionne de conquérir des parts de marché dans le crédit en particulier et la microfinance en général. « Le contexte de relance économique qui prévaut dans le secteur financier avec cette reprise progressive des activités économiques après la crise sanitaire mondiale permettra à la Caisse d’Epargne de Madagascar de devenir un opérateur dans ce domaine et se lancer dans le financement des projets. Pour le moment, un peu moins de deux millions de comptes épargnes sont ouverts dans la trentaine d’agences réparties dans une quinzaine de région du pays », explique Serge Razafindrakoto, directeur général par intérim de l’institution financière. L’institution appartient 100% à l’Etat malagasy avec un capital de 5,5 milliards d’ariary. Avec un peu plus d’un million cent mille membres, la Caisse d’épargne de Madagascar a été en mesure de financer de nombreux projets en détenant entre autres un compte de dépôt au Trésor.
Potentialité financière
A Ambatolampy ils sont près de 3000 épargnants et l’agence enregistre près de 1.350.000 ariary de crédit en cours. Autant dire que la potentialité financière de la localité est non négligeable dans la mesure où Ambatolampy recense un des plus hauts taux d’entrepreneur et d’opérateur au mètre carré. La capacité d’épargne d’un pays est fondamentale pour son économie. Malheureusement, l’épargne ne représente que 11,9 % du PIB de Madagascar. Les comptes livret-épargne, les comptes spéciaux d’épargne, le service de transfert d’argent ou encore le compte spécial retraite, proposés actuellement, ne sont pas ainsi suffisants pour affronter le rude marché du secteur financier même si le service de transfert de devises avec Western Union a fait ses preuves des années auparavant. Ainsi l’institution financière est indiquée ne plus gagner des marchés avec un faible taux d’intérêt de 3% pour les épargnes entre autres et ne pas avoir proposé l’octroi de crédit. Raison pour laquelle La Caisse d’Epargne de Madagascar s’est élargie dans la microfinance. « La Caisse d’Epargne de Madagascar est la plus ancienne institution financière à Madagascar. Elle met des produits d’épargne à la disposition de tous les citoyens malagasy. Sa mission étant à vocation sociale et communautaire, ses produits sont à la portée de toutes les catégories sociales d’où notre politique d’ouverture à ces services de crédit », rajoute le directeur général par intérim.
Hary Rakoto

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff