Publié dans Economie

Fonds souverain malagasy - Un capital de 10 milliards d’ariary géré par une société anonyme 

Publié le jeudi, 18 novembre 2021

En cours de création. Après la promulgation de la loi n° 2021-024 du 29 septembre dernier concernant la création du Fonds souverain malagasy (FSM), la prochaine étape sera la création de l’entreprise qui gérera le fonds. D’après une décision prise, avant-hier lors du Conseil des ministres, « une société anonyme assurera donc la gestion du Fonds souverain malagasy.

L’Etat sera alors l’unique et principal actionnaire de cette société, une fois créée. Toutefois, il pourra quand même par la suite l’ouvrir à ses différents démembrements mais aussi à des organismes publics et des sociétés à participation publique. Mais cette ouverture ne devrait pas dépasser les 30 %, sachant que les actions de l’Etat ne devraient pas être inférieures à 70 % du capital social de la société ». Ainsi, ce sera cette société anonyme qui gérera le capital social de départ établi à 10 milliards d’ariary. La loi n° 2021-024 précise notamment que le fonds sera constitué par des ressources détenues, transférées ou cédées par l’Etat et les Collectivités territoriales décentralisées. 

Pour assurer la création de cette société anonyme et la concrétisation des dispositions de la loi sur le Fonds souverain malagasy, un comité technique a été mis en place. Il se chargera de la mise en œuvre du fonds. Tripartite, ce comité se composera alors des représentants de la Présidence de la République, du ministère de l’Economie et des Finances ainsi que de la Banque centrale de Madagascar (BCM). Ensemble, ils prépareront les documents stratégiques incontournables et nécessaires au démarrage du fonds ainsi que les différentes étapes à suivre dans ce sens. Ce comité devra également élaborer les décrets d’application de la loi en vigueur pour la création d’une structure.

Pour rappel, le FSM a été mis en place pour financer les projets de développement prioritaires, coïncidant avec la Politique générale de l’Etat. Il pourra également être investi dans des projets stratégiques, rentables et créateurs d’emplois. D’autre part, ce fonds constituera les réserves financières pour les futures générations permettant de valoriser les ressources naturelles telles que les terrains domaniaux, les ressources minières mais aussi pétrolières. Dans tous les cas, la procédure est désormais lancée. 

La Rédaction

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff