Publié dans Economie

Energie - La JIRAMA rattrapée par ses vieux démons

Publié le vendredi, 26 novembre 2021

Gouffre financier. Les états financiers du Projet d'amélioration de la gestion des opérations du secteur de l'électricité (PAGOSE), au titre des années d'exercice 2018 et 2019, provoquent des émules après que la Banque mondiale ait demandé à la compagnie nationale de l'eau et de l'électricité (JIRAMA) de mener un audit de son système de gestion pour déterminer les montants des anomalies constatées durant ces deux années d'exercice. 

A travers une lettre adressée à la ministre de l'Economie et des Finances, portant notification des dépenses inéligibles relatives au Projet d'amélioration de la gestion des opérations du secteur de l'électricité, la Banque mondiale somme ainsi le ministère de procéder au remboursement d'une partie du montant accordé au financement de ce projet jusqu'au 3 décembre prochain. « Des dépenses de 6.901.704.827 ariary, soit approximativement 1.752.813 dollars, effectuées ne respectent pas les procédures de gestion financière recommandées par l'Association internationale de développement. Dépenses qui sont donc déclarées inéligible et donc c'est de la responsabilité du Gouvernement et de la JIRAMA de les remboursers à l'IDA », précise la missive de la banque mondiale adressée au ministre de l'économie et des finances signée par Idah Pswarayi-Riddihough, directeur pays de la Banque mondiale pour Madagascar. 

A rappeler que le projet PAGOSE sera clôturé à la fin de cette année. Raison pour laquelle la Banque mondiale a précisé ce délai de remboursement assez prompt. Pour rappel, le programme portait sur les mesures d'amélioration du cadre de gouvernance et de la gestion financière de la JIRAMA ainsi que des mesures pour améliorer la production et la qualité de service. Le programme était aligné sur des interventions des autres parties prenantes à la réforme du secteur de l'énergie à Madagascar, plus particulièrement le projet PAGOSE, d'un montant de 65 millions de dollars, financé par la Banque mondiale, qui vise à améliorer la planification et la pérennité financière du sous-secteur de l'électricité, renforcer la performance opérationnelle et la gouvernance de la JIRAMA, et investir dans une électricité plus fiable. Ceci afin de fournir de l'énergie au moindre coût pour soutenir la croissance économique ainsi que le développement durable et inclusif  et la politique nationale de l'électricité (PNE 2015-2030) qui vise, dans le cadre du sous-secteur électrique, à « atteindre un taux d'accès à une source d'énergie moderne de 70 % en 2030, tout en accroissant la part des énergies renouvelables à 85 % dans le mixte énergétique ». 

En 2018 le projet a ensuite bénéficié d'un financement additionnel de 40 millions de dollars. Avec ce financement additionnel,  le PAGOSE a pu s'étendre jusqu'à la fin de cette année. Le projet initial, approuvé par le Conseil d'administration de la Banque mondiale, le 23 mars 2016, prévoyait effectivement un financement par crédit Ida, et cela afin d'atteindre l'Objectif de développement du projet (ODP).

Hary Rakoto

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff