Publié dans Economie

Coupure d’eau et d’électricité à Antananarivo - Ras-le-bol des consommateurs !

Publié le dimanche, 28 novembre 2021

« Mila rano izahay ! Mijaly rano izahay ! Jirama, leo izahay ! » Que de phrases pour exprimer la souffrance des habitants de la  Capitale à l’heure actuelle. Les quatre jours de pluies n’ont pas eu l’effet escompté par les abonnés de la compagnie « Jiro sy Rano Malagasy » (JIRAMA). Face aux délestages et aux coupures incessantes de l’approvisionnement en eau, les responsables ont présenté les pluies provoquées comme étant LA solution à tous les problèmes. Au contraire ! Cela a amplifié les problèmes.

Les coupures sont encore plus fréquentes que d’habitude, tant au niveau de l’eau que de l’électricité. Et elles s’étendent même dans les quartiers plus ou moins épargnés auparavant. « Nous savons déjà que saison des pluies rime avec coupures d’électricité. Mais nous n’avons pas su que les coupures d’approvisionnement en eau viendraient s’ajouter au lot. A notre grande surprise en effet, tout le week-end, nous avons fait face à des coupures durant toute une demi-journée, et ce sans annonces ni explications. Pourtant, nous avons eu beaucoup de pluies ces derniers jours. De plus, une fois l’approvisionnement revenu à la normale, la couleur de l’eau tourne au jaune voire marron claire. Avant, j’avais du mal à croire mes proches quand ils disaient que l’eau de la JIRAMA changeait de couleur. Mais là, j’ai vu de mes propres yeux », témoigne Gabrielle, une mère de famille habitant dans le nord-ouest de 67 Ha. « A mon souvenir, nous n’avons eu que très rarement des coupures d’approvisionnement en eau dans notre quartier. C’est la première fois que nous subissons des coupures durant deux jours successifs. Cela démontre que la situation commence vraiment à se dégrader actuellement », renchérit Tiavina, jeune cadre occupant un appartement du côté d’Alarobia Amboniloha. A cela s’ajoutent les coupures depuis plusieurs jours dans les quatre coins de la grande ville d’Antananarivo. 

En guise d’explication, les responsables au niveau de la compagnie d’eau et d’électricité ont soutenu que « la Capitale a des problèmes d’approvisionnement en eau car il y a des coupures de courant, et donc les surpresseurs ne peuvent pas fonctionner comme il se doit ». Dans le cas contraire, il n’y a alors pas d’explications supplémentaires, surtout qu’après les pluies provoquées, les responsables ont annoncé que le niveau des lacs s’est élevé. Ainsi, toutes les stations de pompage et de traitement d’eau de la JIRAMA tournent de nouveau à plein régime. Pourtant, les abonnés de la compagnie commencent vraiment à en avoir marre de la situation, surtout que leur facture ne cesse de gonfler alors que les problèmes de coupure ne sont même pas réglés. Les responsables devraient trouver des solutions au plus vite pour éviter que ce ras-le-bol ne se transforme en grève. 

La Rédaction 

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff