Publié dans Economie

Energie  - Prix exorbitant des équipements solaires

Publié le vendredi, 07 janvier 2022

Face à la situation actuelle, à savoir les défauts d’approvisionnement en électricité qui s’intensifient de jour en jour, les usagers tentent de trouver des alternatives afin de maintenir leurs emplois et autres activités nécessitant l’utilisation de l’électricité à temps plein. Alternative coûteuse. C’est de cette façon que la plupart des Malagasy conçoivent le recours à la source d’énergie solaire.

L’usage des panneaux solaires est pourtant primordial pour échapper aux problèmes persistants de l’approvisionnement en électricité sévissant dans la Grande île. « En tant que travailleurs indépendants, mes clients, majoritairement installés à l’étranger, ne veulent rien savoir par rapport à ce qui se passe chez nous concernant ces " black-out ", délestages ou autre coupure technique. Ce qu’ils veulent, c’est juste que le travail soit accompli. Et quand on est payé au prorata, il serait difficile de survivre en ces temps de crise énergétique », déplore Ndrina Rahabeson, développeur. 

Ce dernier qui est allé prospecter pour le prix d’une batterie solaire, est resté bouche bée face aux tarifs de ce produit qui sont proposés dans les magasins spécialisés en équipements solaires. « Pour une batterie de 150 Ah, il faut prévoir un peu plus d’un million d’ariary. Cette somme correspond littéralement à la moitié du budget mensuel familial qu’il faudra débourser pour garantir la continuité de l’approvisionnement en électricité en cas de délestage. Dépense que peu de gens peuvent se permettre », déplore notre développeur freelance. Le taux d’ensoleillement, nécessaire à la production d’électricité, est en moyenne de 7,6 kWh par jour et par mètre carré. C’est trois fois plus par rapport à celui de certains pays voisins de la Grande île. Raison pour laquelle il faudrait vulgariser l’usage du panneau solaire. Concernant ce dernier, il faut prévoir dans les 600 000 ariary pour disposer quotidiennement pendant 12 heures l’équivalent d’une dépense en énergie domestique de 300 watts, incluant par exemple l’utilisation de 5 ampoules Led de 7,5 watts et la télé, mais à condition que son écran soit plat et ne dépassant pas les 21 cm. 

Par ailleurs, l’Etat encourage déjà le recours à cette source énergétique malgré un coût d’installation largement supérieur au pouvoir d’achat d’un Malagasy moyen, et ce, malgré des allègements fiscaux par rapport à l’importation d’équipements solaires. Par ailleurs, bien que les autorités aient fait des campagnes de sensibilisation allant dans ce sens envers les producteurs, qu’ils soient domestiques ou semi-industriels, bon nombre d’entre eux, par méconnaissance ou par scepticisme, ne déclarent pas leur production. La disponibilité de telles informations est pourtant déjà un pas vers l’atteinte des objectifs de la Nouvelle politique de l'énergie (NPE) dans le domaine de la transition énergétique. Cependant, avant d’acheter un panneau solaire, il faut savoir quels sont les appareils utilisés régulièrement. Même les fers à repasser qui ne sont utilisés que rarement, doivent être mentionnés. Ainsi, on peut prendre référence de la puissance du matériel correspondant. Puis, en effectuant un bon calcul, il serait envisageable de réduire le coût de la consommation, que ce soit pour les professionnels que pour les particuliers, dans la mesure où les dépenses énergétiques représentent 45 % des charges fixes des industries et 25 % des dépenses au niveau des ménages. Certainement, le panneau solaire est l’énergie renouvelable la plus prisée actuellement, notamment en milieu rural.

Hary Rakoto

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff