Publié dans Economie

Filière vanille - Le conseil national remis en question par les producteurs

Publié le mercredi, 04 mai 2022

Lésé. C’est ce que ressent l’ensemble des petits producteurs et coopératives de planteurs de vanille des Régions Sava et Analanjirofo qui viennent de s’exprimer, hier à Antaninarenina, en adressant une lettre ouverte à toutes les personnes responsables de cette filière, à commencer par les hautes autorités jusqu’aux ministères concernés. « D’après les textes décrivant la structure des membres composant les conseils régionaux et nationaux pour la promotion de la filière, nous nous retrouvons en situation d’infériorité numérique quant au nombre de nos représentants.

Il est écrit qu’il peut y avoir une douzaine de représentants de l’Etat au sein du conseil national et aussi autant de membres représentant les producteurs, collecteurs et exportateurs. Pourtant, dans la douzaine de membres représentant la partie des opérateurs, il n’y a que quatre représentants des petits producteurs et coopératives. Ces derniers ont rarement la possibilité d’assister aux diverses concertations et réunions effectuées par le conseil national faute de moyens. Nous n’avons donc que peu de mots à dire concernant les sujets abordés pour améliorer la filière par rapport aux représentants de l’Etat ainsi que ceux des collecteurs et exportateurs. Pourtant, nous sommes la base même de la filière », peut-on lire dans cette lettre ouverte. En plus de la demande de restructuration des membres du conseil, ces coopératives et petits producteurs demandent à ce que l’application des prix minima imposés par l’Etat soit effective avec la publication d’un décret y afférent. Une façon pour ces producteurs de dénoncer certaines pratiques d’achat et de transaction allant à l’encontre de ce que le conseil et l’Etat préconisent au niveau des prix durant les campagnes de récolte et d’exportation où le prix réel d’achat est souvent bien en deça des prix minima conseillés par les autorités. « Certains collecteurs imposent un prix d’achat inférieur à cinquante mille ariary. Il y en a même qui fixent un maxima de vingt mille ariary le kilo. Pourtant, nous évaluons le prix de vente minima à cent cinquante mille ariary pour pouvoir couvrir nos frais et tirer un maigre bénéfice », déplore Sely Bemana, ancien maire de la Commune d’Ambinany, dans la Région SAVA et président d’une coopérative de petit producteur de vanille dans la zone nord du pays. Comme ce producteur, beaucoup se retrouvent dans l’obligation de réduire les marges au maximum pour espérer vendre leurs récoltes pendant les campagnes.

Hary Rakoto

 

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff