Publié dans Economie

Union européenne - Focus sur le renforcement de l’administration numérique

Publié le vendredi, 06 mai 2022

Le terme « digitalisation » est devenu commun dans le monde de l’entreprise. Les dirigeants d’entreprise, les conférenciers, les pouvoirs publics et autres acteurs de l’économie l’utilisent fréquemment. Ainsi, à l’occasion de la célébration de la Semaine de l’Europe, une table ronde axée sur la digitalisation au service de l'environnement des affaires à Madagascar a eu lieu.

En terme général, la conceptualisation de l’e-gouvernance a conduit Madagascar à des défis majeurs. La Grande île s’est engagée à moderniser et à consolider son administration publique autour des axes stratégiques comme la fourniture d’un niveau de sécurité suffisant pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, renforcer l’Etat de droit, réduire la corruption, établir un processus budgétaire efficace et efficient, renforcer les prestations au niveau de services publics, décentraliser l’administration publique et enfin devenir une Nation ouverte au progrès.

Par ailleurs, la digitalisation est actuellement une préoccupation majeure des entreprises et de l’administration. Peu d’organisations font aujourd’hui l’économie de projets de numérisation, qu’ils en soient au stade de la réflexion ou de la mise en œuvre. Parmi les priorités du Gouvernement malagasy figurent l’amélioration du climat des affaires et la facilitation des investissements. Cela implique la mise en œuvre des réformes légales, réglementaires et procédurales afin d’accélérer les délais de traitement et de faciliter les procédures administratives. Dans cette optique, une réforme d’envergure a été lancée depuis plusieurs années afin de mettre en place un système d’e-gouvernance qui mènera Madagascar vers la digitalisation de son administration publique. 

Toutefois, de tels projets nécessitent un travail important en amont afin de savoir s’il est possible de basculer des pratiques internes impliquant l’utilisation de papier vers des mécanismes entièrement ou partiellement dématérialisés. Le jeu en vaut toutefois la chandelle. La digitalisation présente de nombreux avantages, notamment l’amélioration de l’empreinte carbone au service client, l’optimisation des coûts, à l’image des entreprises ou encore à la conformité de celles-ci aux lois et règlements. Dans cet article, nous nous concentrons sur l’intérêt de la numérisation pour l’environnement et le respect des règles légales et réglementaires, tout en soulignant quelques limites juridiques quant à l’adoption d’un système entièrement « paperless ». 

Pour rappel, en 2006, un Programme national E-gouvernance (PNEG) a été validé au niveau national. Concrètement, ce programme a pour objectifs de renforcer l’efficacité de l’administration par les TIC (administration électronique), d’améliorer les prestations des services publics par les TIC (services électroniques) et de dynamiser la participation citoyenne et l’interaction administration/citoyen par les TIC (démocratie électronique). L’objectif global du PNEG est de garantir - par l’usage des TIC - l’intégrité de l’Etat, l’efficacité de l’administration et la participation citoyenne privilégiée par la bonne gouvernance.

La Rédaction

 

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff