Publié dans Economie

Environnement - Madagascar se doit d’être plus résilient

Publié le vendredi, 28 décembre 2018

La Grande île se doit de mener sa lutte contre le changement climatique par ses propres moyens. Récemment, Madagascar a participé à la COP 24, la 24e conférence mondiale sur le climat qui s’est déroulée du 2 au 15 décembre dernier à Katowice, en Pologne. A l’issue de cette grande réunion, il a été constaté que la résilience de notre pays face aux changements climatiques demeure encore faible jusqu’à ce jour.  Effectivement, les actions y afférentes sont exclusivement, ou presque, conditionnées par les appuis venant des pays développés. De ce fait, leurs répercussions restent encore limitées dans diverses Régions de Madagascar.

En plus, la majorité de la population ne se sent que partiellement responsable face à la dégradation de la nature. La preuve ? La coupe abusive des forêts et les feux de brousse continuent toujours jusqu’à aujourd’hui. Les impacts de la sensibilisation, des interdictions et des sanctions n’ont pas encore persuadé les différentes communautés à dissoudre ces pratiques. « De nombreuses communautés vivent des produits de la forêt. Ainsi, elles ne peuvent se résoudre à arrêter de les exploiter. Ainsi, il faut trouver d’autres alternatives pour préserver ces ressources naturelles sans pénaliser le peuple environnant », précise un environnementaliste.

Des secteurs confondus

Il ne faut pas oublier que des changements conséquents doivent être opérés à Madagascar afin d’éviter que la hausse de température dépasse 1,5°C. De surcroît, au-delà de cette limite, plus de 90 % de la faune malagasy risque de disparaître. Pour être résiliente, les actions menées par l’Etat ne doivent pas se centrer uniquement sur la protection de l’environnement, mais aussi s’élargir vers plusieurs branches telles que l’agriculture ou encore l’énergie. En ce qui concerne le secteur énergétique par exemple, il faudrait trouver des alternatives pour que les énergies vertes soient plus accessibles aux ménages malagasy. « Le prix du gaz est tellement exorbitant que je préfère me rabattre sur le charbon », témoigne Rojo Randriamana, mère de famille. Et ce genre de situation n’est pas un cas isolé. En tout cas, pour aborder ce sujet, il faut aussi savoir parler aux gens pour qu’ils adhèrent facilement à tous ces changements.     

Rova R.

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff