Publié dans Economie

Problèmes de la JIRAMA - Des solutions pérennes proposées d’ici vendredi

Publié le lundi, 18 février 2019

Entre les délestages et les coupures incessantes de l’eau, les usagers de la JIRAMA, la compagnie nationale d’eau et d’électricité, commencent à en avoir marre. Les plaintes fusent de plus en plus. « Pour y remédier, des solutions pérennes seront proposées d’ici vendredi », a affirmé Vonjy Andriamanga, ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, hier, lors de l’ouverture officielle de la Semaine de l’énergie à l’hôtel Panorama. Effectivement, durant cette semaine, toutes les parties concernées, à savoir l’Etat, la JIRAMA, les compagnies pétrolières ainsi que les investisseurs se réuniront autour d’une même table afin de solutionner les différents problèmes liés au secteur énergétique. « Cette semaine est une occasion pour discuter des différents problèmes auxquels l’énergie fait face en ce moment, et trouver des solutions durables et pérennes pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, notamment de doubler la production du pays d’ici cinq ans et de permettre à plus de la moitié de la population d’accéder à l’électricité. C’est aussi une opportunité de revoir les contrats de fourniture d’électricité entre la JIRAMA et les parties prenantes », explique le ministre.

 

 Sur le court terme 

En tout cas, en attendant, une solution à court terme a déjà été mise en place depuis le week-end dernier au niveau des différentes centrales de production pour suspendre les coupures de courant incessantes au niveau de la Capitale. « Depuis samedi, nous avons décidé de doubler les stocks journaliers de carburants auprès des centrales pour que ces dernières puissent fonctionner normalement même si le niveau de l’eau au niveau d’Andekaleka n’est pas suffisant. Les coupures d’électricité ont ainsi cessé depuis. A noter que ce volume de stocks est passé d’environ 150m3 à 300m3 par jour », détaille Olivier Jaomiary, directeur général de la JIRAMA. De ce fait, l’augmentation de la consommation de carburants permettra à la centrale d’Ambohimananmbola de faire tourner plus de turbines pour répondre aux besoins en énergie de la population tananarivienne. Pour rappel, le Président de la République, Andry Rajoelina, a déjà proposé une solution à la JIRAMA, celle « d’importer directement du fuel lourd et de réduire ainsi ses dépenses à plus de 30 % ». En tout cas, les parties concernées comptent avancer d’autres solutions pour développer le secteur de l’énergie. 

Rova Randria

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff