Publié dans Economie

Prix du carburant - Possibilité de baisse sans subvention de l’Etat

Publié le jeudi, 11 avril 2019

Les pauvres les plus lésés. La Banque mondiale a présenté hier dans son siège à Anosy sa note de conjoncture économique de Madagascar. Le document présente les chiffres clés de l’économie pour l’année 2018 jusqu’en février 2019. Pour cette édition, Natasha Sharma, économiste principale et auteure de cette note de conjoncture a consacré un volet spécial dédié à la gestion des prix du carburant à Madagascar. D’après leur étude, seules les riches consomment du carburant donc ils sont plus privilégiés. « La subvention du prix du carburant est une subvention universelle. La personne consommant le plus de carburant profitera le plus de la subvention. L’essence et le diesel sont consommés par les plus aisés, par contre les plus pauvres consomment surtout les pétroles lampants. Le budget de ces derniers se limitent seulement au niveau de la subsistance », remarque Natasha.

Cependant, la situation peut s’améliorer. L’étape première à faire c’est de suivre la réalité du prix. Quand le prix du carburant mondial va augmenter, les prix du carburant à la pompe doivent aussi augmenter. Et inversement lorsque le prix mondial tend à la baisse. Par ailleurs, l’Etat peut aussi recourir à la réduction du coût fixe du prix du litre de carburant notamment les coûts de stockage, le coût de transport, le coût de distribution, et bien d’autres encore. Mais cette dernière requiert une collaboration étroite avec les compagnies pétrolières. Il faut que le Gouvernement travaille un peu plus avec les campagnies pétrolières pour avoir un impact. Une autre réforme proposée également c’est de promouvoir la concurrence du prix soutenue par une régulation effective. « Maintenant nous sommes dans une situation inhabituelle pour les pays qui sont importateurs de carburants. L’Etat joue deux rôles. D’un côté, l’Etat est un régulateur mais d’un autre côté, il est aussi un actionnaire des compagnies pétrolières. Pourtant, on peut avoir un régulateur indépendant. L’expérience globale montre que c’est important d’être vraiment neutre c’est-à-dire de ne pas avoir d’intervention. Mais en plus, c’est vraiment important de protéger les pauvres de la hausse du prix à travers des programmes de protection sociale ciblée. Même si les plus pauvres ne dépensent pas beaucoup d’argent pour les carburants, ils en dépensent  pour les pétroles lampants. Si on considère le budget des ménages des plus pauvres, ils dépensent plus rapport aux ménages les plus aisées », explique l’économiste. En gros, la Banque mondiale propose une croissance inclusive.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff