Publié dans Economie

Ministère de l’Economie et des Finances - 190 millions de dollars dans le budget de l’Etat

Publié le mercredi, 15 mai 2019

Deux signatures en une journée. La signature de la convention entre le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandranto et la Banque mondiale ainsi que le Fonds d’intervention pour le développement (FID) s’est tenue hier au Palais de Mahazoarivo. Cette somme soutient les réformes pour améliorer la viabilité des finances publiques et la gouvernance du secteur d’électricité.  

« Le montant de cet appui budgétaire a été en effet augmenté. Il était initialement d’un montant de 40 millions de dollars, mais a été finalement fixé à 100 millions de dollars. Cette augmentation est justifiée sur le fait que plusieurs réformes ont été mises en œuvre de façon plus appuyée par rapport à ce qui a été initialement prévu. C’est aussi une marque de soutien du groupe de la Banque mondiale à la volonté affichée de ce Gouvernement de mettre en œuvre des réformes en faveur d’une croissance accélérée et plus inclusive. Dans le cadre de cette opération, les réformes appuyées porte sur une gestion vraiment efficace et transparente des finances publiques en soutien à l’investissement public, en particulier dans le secteur énergétique. Cette opération est approuvée. Elle entre dans le budget de l’Etat et nous nous réjouissons déjà de continuer à travailler avec le Gouvernement afin de l’appuyer dans la réalisation d’autres réformes pour les années à venir », explique Coralie Gevers, représentante de la Banque mondiale à Madagascar.  

Appui au secteur énergétique

Le Gouvernement prévoit de doubler l’accès à l’électricité au cours des cinq prochaines années. Cependant, le fait de parvenir à un accès plus élargi à l’électricité nécessite de mobiliser des investissements privés de manière viable sur le plan financier. Avec des passifs cumulés de près de 5 % du Produit intérieur brut (PIB), c’est-à-dire de la richesse nationale et des pertes d’exploitation de plus de 2 % du PIB, la santé financière de la JIRAMA revêt une importance macroéconomique pour le pays. La poursuite des efforts en faveur de l’amélioration de la gouvernance de la JIRAMA contribuera à réduire les subventions de l’Etat et permet ainsi de dégager un espace budgétaire supplémentaire pour le financement des dépenses et des investissements à caractère social.

Une gestion adéquate des investissements dans le secteur de l’électricité ainsi que l’amélioration de la performance financière et opérationnelle de la JIRAMA contribuent en effet à améliorer le climat des investissements et le climat des affaires dans le pays.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés
  • Fonds routier - Rencontre entre le Président et les entrepreneurs impayés 
  • Déchéance du Président de la République - La HCC renvoie l’Opposition à ses études
Pub droite 1

Editorial

  • Bilan mitigé !
    L’heure du bilan sonne. Le mandat de cinq ans des membres du Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) tire à sa fin. Présidé dans un premier temps par le feu Général Charles Rabotoarison, Maka Alphonse prend le relais. La mission essentielle consiste à mettre en œuvre le « processus de réconciliation nationale » de telle manière que les blessures laissées par les crises, notamment à partir de 2002, soient guéries et par la suite instaurer un climat d’apaisement pour asseoir enfin l’unité nationale. Une noble mission à laquelle tout dirigeant politique sérieux et tout concitoyen responsable doivent assumer.

A bout portant

AutoDiff