Publié dans Economie

Ressources halieutiques - Les requins en danger 

Publié le vendredi, 12 juillet 2019

Presque la moitié des 80 espèces de requins présentes à Madagascar se retrouvent aujourd’hui dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Entre la surpêche et la destruction de leur habitat naturel en effet, il ne faut pas s’étonner de la diminution à vue de nez de leur nombre, au cours de ces dernières années. « A cause de la pêche industrielle et la pratique des petits pêcheurs, les requins n’ont pas le temps de se reproduire correctement. En plus, les méthodes rudimentaires utilisées par les petits pêcheurs causent la mort de plus de 210 requins chaque année. Pourtant, ces poissons ont des rôles importants tant sur le plan écologique qu’économique et social. Ils assurent l’équilibre écologique à travers la chaîne alimentaire au niveau de l’écosystème marin, permettent de recycler les nutriments, de réduire les maladies et de réguler les espèces envahissantes »,  précise la directrice du développement durable, œuvrant au sein du ministère de l’Environnement et du Développement durable, hier, au Grand Mellis à Analakely.


 Plan d’action
 Face à cette menace pesante sur l’espèce, le ministère de l’Environnement et du Développement durable et celui de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, avec l’appui technique mais aussi financier de l’ONG WCS ou la Société pour la conservation de la vie sauvage, ont décidé de mettre en place un plan national d’action de conservation et de gestion durable dédié aux requins et aux raies pour le pays. « Nous sommes partis sur le plan d’action régional de conservation et de gestion durable de l’océan Indien pour élaborer ce plan. Cependant, nous l’avons adapté en fonction de nos besoins et de l’état actuel de nos ressources. En plus, il a aussi fallu prendre en compte que la filière requin nourrit plusieurs familles, contribuant à hauteur de 200 000 à 1 000 000 d’ariary tous les deux mois à chaque petit pêcheur », soutient le directeur de la pêche et de l’aquaculture, au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, lors de la présentation de ce nouveau plan d’action. Dans cette optique, ce plan d’action visera à conserver et gérer durablement les requins. En tout cas, ce plan a déjà été validé par toutes les parties prenantes le mois dernier.
Ce plan d’action sera donc promu demain, à l’occasion de la journée de sensibilisation sur les requins, une opportunité pour mettre en lumière leur importance dans notre écosystème.
Rova Randria

Fil infos

  • Entrepreneuriat - Le Président Rajoelina partage ses secrets pour réussir
  • Arrestation de Raoul Arizaka Rabekoto  - Les autorités judiciaires se contredisent
  • Manifestation à la Réunion - Des « indignés » aux attitudes indignes !
  • Poursuite d’anciens hauts dirigeants - Les députés devant leurs responsabilités
  • Relations bilatérales Egypte-Madagascar - Les grands projets de Rajoelina séduisent Fattah Al-Sissi
  • 21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique
  • Sècheresse à Madagascar - L’eau, un produit de luxe
  • Trafic de drogue - La Gendarmerie intercepte 600 kilos de cocaïne pure
  • Exportation de girofle - Crainte d'immixtion des spéculateurs
  • Covid-19 à Madagascar - Inquiétude et peur suite à la hausse des cas de contamination

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Come back tant redouté !
    La bête noire est là de retour. Comme il fallait s'y attendre, la 3 ème vague de la Covid-19, pas forcément du variant Delta, frappe à nos portes et entre sans avoir été conviée. Elle contamine déjà certaines localités du pays. Tout commençait à Ivato lors du premier débarquement du premier vol en provenance de l'Europe ce 6 novembre. Deux cas importés ont été constatés après les tests et contrôles d'usage parmi les passagers. Ce retour pour la troisième vague de la Covid-19 relance le débat sur la pertinence ou non de la réouverture des frontières. Nous étions tous témoins de la forte la résistance des détenteurs du pouvoir, au sommet de l'Etat, concernant l'éventuelle réouverture de notre ciel au trafic international. On garde encore vive dans les mémoires la virulence de la toile quand Iavoloha accorda une dérogation spéciale d'entrée sur le territoire de trois vols conduisant des passagers…

A bout portant

AutoDiff