Publié dans Economie

Agriculture - Filatex lance le projet « Roso »

Publié le jeudi, 08 août 2019

Le groupe Filatex est connu dans ses actions sociétales dans le domaine de l’éducation et de l’aménagement urbain telles que la réhabilitation des écoles publiques, la dotation en fournitures scolaires des enfants issus des familles vulnérables, l’embellissement et éclaircissement de certains quartiers des grandes villes. Mais depuis peu, Filatex embrasse également l’agriculture à travers le projet « Roso » dans la localité d’Ambohijanaka. Entretien avec Tanteraka Andrianiaina Rakotoarisoa, responsable RSE du groupe Filatex.
Q : Pourquoi ce revirement vers le monde paysan ?
T.A. : « Effectivement, Filatex est plutôt connu dans son intervention dans l’éducation et de l’aménagement urbain mais en tant qu’entreprise citoyenne, nos actions sont  en réalité transversales et ne se limitent pas à ces domaines. Filatex est persuadé que le développement continu de Madagascar passe par la promotion de l’agriculture durable, la sécurité alimentaire et l’amélioration de la nutrition ».


Q : Le programme « Roso » c’est quoi ?
T.A. « C’est un programme né après une enquête que le groupe Filatex avait menée au mois de novembre 2018 dans la Commune d’Ambohijanaka. Elle consiste à déterminer les besoins et les problèmes des agriculteurs dans cette localité. Le programme consiste au transfert de bonnes pratiques agricoles en vue d’assurer un meilleur rendement pour les paysans si on ne cite que le SRI, la mise en place de paysans semenciers, les cultures maraichères favorisées et des autres cultures ainsi que  l’appui aux activités d’élevage bovin, de vaches laitières, de volailles et à la pisciculture. Outre la formation agricole à proprement parler, les paysans seront initiés à la gestion de l’eau et de la fertilité du sol ainsi qu’à la gestion du budget familial. On leur facilitera également l’accès aux intrants ».
Q : Vos  attentes en lançant ce programme ?
T.A. « On souhaiterait que la qualité de vie des paysans soit améliorée et  une nette augmentation de leur production. Ainsi, la récolte puisse subvenir à leurs besoins et qu’ils puissent vendre le surplus. C’est l’unique moyen d’atteindre les objectifs fixés à savoir améliorer de façon durable la sécurité alimentaire et les revenus des familles agricultrices ».
Q : Pourquoi avez-vous choisi cette action ?
T.A « Quand Filatex apporte son soutien, l’une de ses politiques est de ne pas mettre les bénéficiaires en état de dépendance. Voilà pourquoi, nous avons mis en œuvre ce programme afin que plus tard, les paysans puissent bien produire et assurer la relève sans dépendre de nous. En outre, la promotion de l’agriculture durable et responsable entre dans l’ODD N°2 qui est  l’un de nos domaines de prédilection ».  
Q : Est-ce que ce type d’action sera réalisé dans d’autres localités ?
T.A. « Pour l’instant, nous allons commencer avec la Commune d’Ambohijanaka mais plus tard, on va sûrement l’étendre dans d’autres localités ».
Propos recueillis par  La rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff