Publié dans Economie

Monnaie - Clap de fin pour les billets émis en 2003 et 2004

Publié le jeudi, 28 novembre 2019

Vers la fin de la cohabitation entre les anciens et les nouveaux billets. Après environ une quinzaine d'années de circulation, les coupures émises en 2003 et 2004 arrivent à la fin de leur validité le 31 décembre 2019. Le ministère de la Communication et de la Culture a mis à la connaissance du grand public, hier, cette décision. En effet, le Conseil de Gouvernement a adopté mardi dernier un décret mettant fin à la circulation de ces coupures.

« Les billets de banque de 10 000 ariary, 5 000 ariary et 2 000 ariary émis par la Banque centrale de Madagascar suivant le décret n¬°2003-181 du 8 juillet 2003 ainsi que les billets de 1000 ariary, 500 ariary et 200 ariary et 100 ariary émis par la Banque centrale de Madagascar suivant le décret n°2004-1040 du 23 novembre 2004 ne sont plus valables sur tout le territoire de la République de Madagascar au-delà de cette date de 31 décembre 2019 » annonce Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la culture, hier. Les coupures publiées en 2017 occupent ainsi petit à petit le marché.

Cette publication ne signifie pas pour autant que les anciens billets vont disparaitre du jour au lendemain. Les gens n'auront pas à s'inquiéter car ils auront toute une année pour les remplacer. « L'échange de ces billets pourra se faire à compter de 2 janvier 2020 et prendra fin le 31 décembre 2020 », précise la ministre. Bien sûr, à partir de l'année prochaine, on ne les utilisera plus pour régler les achats et les ventes mais leur valeur reste identique lors de l'échange. Les utilisateurs peuvent  ainsi se rendre auprès de la Banque centrale de Madagascar, des banques primaires dans toute l'île, du Trésor public et de ses démembrements dans toute l'île pour effectuer cette opération. Une fois ce délai dépassé, la Banque centrale de Madagascar est la seule institution autorisée à échanger ces coupures et ce, jusqu'au 30 juin 2021.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden
  • Pénurie d’eau - Le pire est à craindre
  • Affaire 73,5 kilos d’or - Le procès remis aux calendes grecques 
  • Rapport de la mission de suivi électoral  - L’UE insiste sur la mise en œuvre des recommandations 
  • JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur
  • Commerce - L’Algérie lorgne sur la vanille malagasy
  • Rajoelina à la tribune des Nations Unies - Interpellation sur le prix du baril de pétrole
  • Disparition du plus petit primate au monde - La honte pour Madagascar !
  • Discours à la tribune des Nations unies - Rajoelina dans le même panel que Biden et Kagamé

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Fia…ble !
    On ne peut pas passer inaperçu l’évènement majeur de la semaine dernière, la FIA. En fait de jeudi à dimanche, la Foire internationale de l’agriculture (FIA) s’est tenue au Parc des expositions à Tanjombato. Quand on parle d’Agriculture, ce grand ensemble qui englobe toutes les activités du monde rural dans tous ses états. Sont inclus à l’intérieur de ces activités dites agricoles la culture, la pêche et l’élevage qui se souscrit au sein de l’économie « verte » et « bleue ». Avec l’évolution des activités exigées par la demande sans cesse croissante des besoins de l’homme, l’agribusiness apparait et commence à occuper du terrain. De toute façon, l’agriculture représente un domaine de priorité surtout pour un pays comme Madagasikara. L’initiative entrant dans le cadre pour l’épanouir est toujours très appréciée et fiable. Les actions de l’Agence Première Ligne font partie des stratégies à encourager. En principe, l’agriculture est un…

A bout portant

AutoDiff