Publié dans Economie

Société portuaire autonome de Toamasina - Un compte « fake » circule sur Facebook

Publié le mardi, 18 février 2020

L’image de la Société portuaire autonome de Toamasina (SPAT) est salie. Un gestionnaire de compte publie actuellement des photos intimes sur la page portant le nom de cette entreprise et ce, depuis deux semaines. Apparemment, la personne dénonce un soi-disant détournement de fonds et de dossier effectué par une jeune fille. Cet individu publie ainsi une série de photos à caractère sexuel afin de ternir la réputation de sa cible. Il faut dire que les adeptes des réseaux sociaux n’ont pas raté cette affaire puisque les publications atteignent déjà une centaine de partages et plus de 1 000 commentaires. Questionnée hier sur le sujet, une responsable auprès de l’entreprise a apporté des explications. « Notre page s’appelle "SPAT port Toamasina officiel " et non " SPAT Société du port autonome de Toamasina ". Nous n’avons rien à avoir avec ce dernier. Nous avons toutefois pris les mesures nécessaires. D’ailleurs, le directeur général de la SPAT, Avellin Christian Eddy, ne dispose pas de compte personnel ni de page Facebook ».

En effet, une plainte se trouve déjà entre les mains de la Police en ce moment. « La SPAT a déjà déposé une plainte en décembre dernier. Nous saisissons déjà l’affaire. Notre équipe a déjà envoyé une réclamation auprès du siège de Facebook en Irlande afin d’identifier l’utilisateur du compte. Par ailleurs, les réquisitions et les enquêtes se poursuivent. Mais ce qui est sûr, c’est que cette personne sera accusée d’usurpation d’identité et de diffamation », explique un commissaire.

D’après toujours ce dernier, l’auteur de ces actes est condamné par la loi 2014-006 portant sur la cybercriminalité. Pour ne citer que l’article 19, « Quiconque aura sciemment, sur un support informatique ou électronique, usurpé l’identité de toute personne physique ou morale, ou une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier, en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à la considération de ces derniers, sera puni d’un emprisonnement de six mois à dix ans d’emprisonnement et d’une amende de 600 000 à 18 000 000 d’ariary ». Par ailleurs, l’injure commise envers les particuliers, par le biais d’un support informatique ou électronique, lorsqu’elle n’aura pas été précédée de provocation, sera punie d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 100 000 à 10 000 000 d’ariary ou l’une de ces peines seulement.
Solange Heriniaina

Fil infos

  • Coronavirus - Le Président met l’accent sur l’objectif « zéro décès »
  • La presse en deuil - Décès de Salomon Ravelontsalama
  • Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?
  • Nouvelle organisation pour le « Vatsy Tsinjo » - Du porte-à-porte pour renouveler la liste des bénéficiaires
  • Ministère de l'Economie et des Finances - Sept nominations dont un directeur du budget
  • Lutte contre la Covid-19 - Dix concentrateurs d’oxygène remis à Fianarantsoa par le Chef de l’Etat
  • Double explosion à Beyrouth - Une ressortissante malagasy parmi les victimes
  • « Sosialim – bahoaka » sur fond de contestation - Les Forces de l’ordre soupçonnent des troubles intentionnels
  • Conjoncture - Andry Rajoelina va au-devant d’une population mécontente
  • Dénigrement du régime Rajoelina - Amnésie internationale s’en mêle !

La Une

Editorial

  • Crise démentielle !
    Décidément, la crise sanitaire ne suffit pas. Il nous en faut encore d’autres. La crise de jalousie et la maladie de nostalgie rongent les esprits égarés des meneurs du Rodoben’nympanohitra ho amin’nydemokrasiaeto Madagasikara (RMDM), une plateforme regroupant les déchus du pouvoir et les déçus de leurs propres prestations lors des derniers scrutins. L’arrivée de Rajoelina Andry Nirina, par la voie royale des urnes, dérangent les ratés de la politique du pays. Le nouvel homme fort du pays fait naître auprès de ses adversaires une profonde jalousie. Le jeune Président, la quarantaine, gêne. Les adversaires déclarés, des quinquagénaires, des sexagénaires et même un certain septuagénaire n’admettent point leurs défaites. Ils ne veulent rien savoir ! La bande à Tsarahamy ne tolère, à jamais, la victoire éclatante du jeune Rajoelina. Le soutien populaire qu’il bénéficie rend malade. La crise de jalousie, tellement profonde et virulente, déclenche une autre crise beaucoup plus inquiétante,…

A bout portant

AutoDiff