Publié dans Economie

Vanille - Application difficile du prix de référence

Publié le dimanche, 08 mars 2020

Certains commerçants vendent toujours leur vanille à bas prix et ce, malgré les dispositions prises par le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. Pour rappel, le numéro un du département Lantosoa Rakotomalala ainsi que Richard Randriamandrato, ministre de l’Economie et des Finances ont signé ensemble le prix de référence de ce produit à Madagascar. Ainsi, il a été convenu qu’à partir du 26 février, le prix de la vanille à l’exportation est de 350 dollars par kilo. Tandis que les produits préparés seront vendus à 900 000 ariary par kilo sur le marché intérieur. L’objectif étant de revaloriser ce produit de rente, tout en favorisant les acteurs dans la filière.

Et pourtant, la réalité semble très différente. « Pour le cas de Mahanoro, les acteurs de la filière vanille n’appliquent pas encore ce prix de référence. On propose les produis préparés à 550 000 ariary le kilo sur le marché local alors qu’ils devraient coûter 900 000 ariary. Cependant, la qualité de notre produit reste bonne car le taux de vanilline est élevé. Notre Commune récolte 100 tonnes de vanille durant chaque campagne », déplore Rakotoson Hubert dit Salo, député de Mahanoro, vendredi dernier lors d’une entrevue. Les commerçants, de leur part, maintiennent leur prix par crainte de perdre leurs clients. « Personne n’achètera nos stocks si on augmente le prix », témoigne un marchand. 

Par ailleurs, la majorité des agriculteurs vivent encore dans l’insécurité permanente. « A Mahanoro, les gens rencontrent des difficultés à écouler leurs produits à cause du mauvais état des infrastructures routières. De plus, la population locale est toujours confrontée à l’insécurité. Les agriculteurs sont obligés de surveiller leur plantation jour et nuit malgré l’application du "dinam-pokonolona". On a vraiment besoin de l’appui des Forces de l’ordre dans ce genre de situation », poursuit le député.

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff