Publié dans Editorial

La énième mort !

Publié le mercredi, 16 décembre 2020

Pour qui re-sonne le glas ! Cadavere ! Les députés de l'Assemblée nationale ont adopté définitivement, en seconde lecture, la Loi de finances initiale (LFI) au titre de l'année 2021. Les élus siégeant à la Chambre basse de Tsimbazaza ont « corrigé » les amendements de ceux de la Chambre haute d'Anosikely. En effet, le montant des taxes sur le gaz domestique est ramené à 5% au lieu de 20% selon la retouche des sénateurs. Et le budget alloué au Sénat  a été réduit également conformément à la proposition du MFB. Ni moins ni plus, c'est la mort pour la énième fois du Sénat, tout au moins, la majorité HVM de ce mandat mourant et membre actif au sein de l'Opposition.

 

La première mort, fatale pour le Sénat selon sa configuration actuelle, survenait au moment où les députés votèrent définitivement, en seconde lecture, en septembre 2020 l'ordonnance du Président de la République relative au régime général du Sénat. Suite à l'échec de la commission paritaire mixte, les députés ont adopté en définitif les trois ordonnances du PRM émises en 2019. Les sénateurs membres de ladite Commission dirigés par Olivier Rakotovazaha ont tout fait mais en vain. Et la Haute Cour constitutionnelle (HCC) les a décidées conformes à la Constitution. Cette décision de la Cour d'Ambohidahy sonne le glas pour le Sénat et la fin du parcours de ses membres.

La voie étant essartée, le Gouvernement adopta un décret convoquant les grands électeurs pour élire les 12 sénateurs. Un scrutin prévu pour le 11 décembre 2020. Les sénateurs toujours récalcitrants ne baissent pas les bras et introduisent une requête de plus auprès de la HCC en vue de l'annulation du scrutin de ce scrutin tant décrié. La HCC répond. Elle déclare conforme à la Loi fondamentale la convocation des grands électeurs pour le 11 décembre. C'est la deuxième mort du Sénat, de 63 membres, et de sa majorité affiliée au HVM à laquelle se joignent les TIM.

La seule issue reste le boycott et faire capoter l'élection. Les dirigeants HVM et TIM tentent le tout pour stopper le vote du 11 décembre tout au moins le discréditer vis-à-vis de l'opinion en particulier devant la communauté  internationale. Des ordres formels ont été transmis aux maires et conseillers pour qu'ils s'abstiennent sous peine de lourdes sanctions. Mais, ici encore les éternels frondeurs essuyèrent un revers cinglant. Le vote a pu avoir lieu selon la règle de l'art. Certains éléments du TIM ont fini par participer. Des grands électeurs sympathisants du HVM jetèrent leur dévolu aux candidats IRD. C'est une évidence car il s'agit pour eux d'un calcul simple reposant sur l'avenir immédiat et sur les intérêts majeurs de leur Circonscription ainsi que leur population respective. Si ce n'est pas la troisième mort, que Dieu cela y ressemble trop !

Comme on l'annoncé à l'entame, le vote définitif de la Loi de finances 2021 par les députés en écartant les amendements des sénateurs coupent en tout et pour tout l'herbe sous leurs pieds. La énième mort des « fanatiques » d'Anosikely !

Mais attention, à l'allure où vont les choses, les sénateurs HVM et TIM ne sembleraient pas se résoudre à déposer les armes. Ils chercheraient la petite bête et ce pour une énième mort.  

Ndrianaivo

Fil infos

  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
  • Fanirisoa Ernaivo - Quand la haine se déchaîne
  • Crédibilité de l’Opposition - De mal en pis !
  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un recalibrage s’impose !
    Il faudrait, dans l’intérêt général de la Nation, recadrer les délimitations du sens du terme « démocratie » et le situer dans le contexte propre qui prévaut. Comme toute chose, la démocratie ne peut pas avoir une définition statique, invariable et irrévocable. Il faut bien l’intégrerou le cadrer dans le contexte spatio-temporel. Une telle approche ne confère pas à la démocratie un sens élastique que chacun pourrait tirer selon sa bonne volonté. Il existe une certaine constante dans le cadre duquel un authentique démocrate on ne doit pas passer outre.Larousse définit, entre autres, le mot « démocratie » en ces termes : « Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l’intermédiaire d’un organe représentatif (démocratie directe) ou par représentants interposés (démocratie représentative) ». A partir de ce cadrage de base, il appartient à chaque pays ou Etat de calibrer le concept de démocratie qui lui convient…

A bout portant

AutoDiff