Publié dans Editorial

Délires d’un ex

Publié le mardi, 05 janvier 2021

L’ex-Président de la République, Marc Ravalomanana, n’en finit pas d’étonner. A toutes les sorties suffisamment médiatisées de ce dernier, il ne cesse de vitupérer à l’endroit du régime en place des mots ou des termes qui ne riment à rien. Décidément, Ravalo parle pour ne rien dire sinon il dit quelque chose tout juste pour amuser la galerie ! Drôle ou drame ! La galerie se délecte d’une pitrerie de bas étage.
A l’occasion du Nouvel an, lors de la présentation de vœux traditionnels, pour répondre aux discours des ténors du parti TIM et de l’opposition du RMDM, Marc Ravalomanana proféra des … insanités à l’encontre des tenants du pouvoir. En substance, il a déclaré que rien ne va dans le pays. La démocratie n’est pas encore effective. La gouvernance des affaires nationales manque de la transparence. Et la gestion de la crise, des aides reçues et des mesures sanitaires, est à déplorer selon toujours cet ancien d’Iavoloha.
De qui se moque-t-on !  D’une métaphore, comment se fait-il qu’un soûlot, un ivrogne invétéré, se permettrait de donner de la morale à un membre fidèle de la Croix-Bleue ? L’image est trop frappante !
Le commun des mortels garde toujours en mémoire les années noires du temps où Ravalo présidait les destinées du pays. Ce fut l’époque où la démocratie végétait à son plus bas niveau. La liberté d’opinion connut des époques les plus sombres. La liberté d’expression non plus n’a pas été épargnée. Elle a souffert durement. Ravalomanana, le Chef de l’Etat, n’avait aucun souci à fermer une ou des stations radiophoniques ou télévisuelles privées « rebelles ». La station VIVA en savait quelque chose ! C’est l’époque de la « pensée unique ». Tous les médias devaient suivre au pas le mode de pensée du grand Chef. Même dans les rangs de son parti, certains membres ne supportèrent pas la saute d’humeur du guru Ravalomanana. . En effet, il incarne le pouvoir total ou suprême d’un demi-dieu. La dictature dans sa forme naturelle. Quand « Ramose » donne des ordres, il faut l’exécuter sans réfléchir sinon … la porte ! Et là maintenant, Monsieur l’ex dispense un cours de démocratie au peuple. C’est le monde à l’envers ! Quel délire !
Ravolomanana se désole, semble-t-il du manque de transparence dans la gestion des affaires nationales notamment relatives à l’état d’exception dû à la Covid-19. Depuis quand, l’ancien Président de la République ose-t-il émettre des jugements relatifs à la bonne gouvernance ? A la transparence ? Personne n’a oublié qu’en 2009, le FMI, le grand patron de la finance publique mondiale, suspendait tout déblocage des fonds, en cause, la mauvaise gestion de la finance publique de la République malagasy par le Gouvernement de Ravalomanana. Une gabegie sinon un gaspillage au détriment du Trésor public. On achète, à des prix faramineux, un avion privé de type Jet, le « Force One » par l’argent du peuple. On passait un contrat opaque pour l’acquisition des terrains à perte de vue avec une nébuleuse société Daewoo. On brade le patrimoine national.
Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, l’inamovible ministre de la Communication, a mille fois raison en disant « qu’on n’a aucune leçon à prendre de la part de l’opposition » en particulier de Ravalo.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
  • Fanirisoa Ernaivo - Quand la haine se déchaîne
  • Crédibilité de l’Opposition - De mal en pis !
  • Recrudescence de la Covid-19 à Nosy-Be - Suspension des vols internationaux envisageable
  • Trafic des 73,5 kg d’or - La Justice sud-africaine déboute la société de Dubaï et les trois trafiquants malagasy
  • RMDM - Une plateforme adepte de la désinformation
  • Université de Toamasina - Son président aspire à devenir ministre
  • Transport par câble à Antananarivo - Les deux premières lignes opérationnelles en 2023

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un recalibrage s’impose !
    Il faudrait, dans l’intérêt général de la Nation, recadrer les délimitations du sens du terme « démocratie » et le situer dans le contexte propre qui prévaut. Comme toute chose, la démocratie ne peut pas avoir une définition statique, invariable et irrévocable. Il faut bien l’intégrerou le cadrer dans le contexte spatio-temporel. Une telle approche ne confère pas à la démocratie un sens élastique que chacun pourrait tirer selon sa bonne volonté. Il existe une certaine constante dans le cadre duquel un authentique démocrate on ne doit pas passer outre.Larousse définit, entre autres, le mot « démocratie » en ces termes : « Régime politique dans lequel le peuple exerce sa souveraineté lui-même sans l’intermédiaire d’un organe représentatif (démocratie directe) ou par représentants interposés (démocratie représentative) ». A partir de ce cadrage de base, il appartient à chaque pays ou Etat de calibrer le concept de démocratie qui lui convient…

A bout portant

AutoDiff