Publié dans Editorial

Quid d’une trahison !

Publié le dimanche, 10 janvier 2021

L’ancien Président Rajaonarimampianina se plaint. Interrogé par Jeune Afrique, Rajao se dit victime d’une trahison. En cause, l’actuel Chef de l’Etat. Sans ambages, Rajaonarimampianina Hery, le Chef de l’Etat de 2014 à 2018, accuse son prédécesseur Rajoelina Andry de l’avoir abandonné seul sur terrain, ce qui explique ajoute-t-il l’échec de son mandat.
Mais, qui trahit qui ? En 2013, lors des préparatifs pour l’élection présidentielle, les partenaires techniques et financiers (PTF), les vrais patrons des pays pauvres, dictaient une loi irrévocable : « Ni Rajoelina ni Ravalomanana ne pouvaient pas se porter candidats ! » Le fameux « ni…ni » auquel les deux éternels protagonistes doivent se soumettre sinon… Une « loi » insolite, inique et désolante.
Dans le camp de Rajoelina, on avait dû trouver d’urgence une solution de rechange. Il fallait impérativement pondre un candidat de substitution. Et ce fut dans de telle circonstance embarrassante et humiliante que le nom d’un certain Rajaonarimampianina Hery Martial apparut sur l’échiquier. Etant ministre des Finances, il fut l’un des hommes de confiance du président de la Transition, Rajoelina Andry Nirina, au même titre qu’un certain Rahajason Harry Laurent, alias Rolly Mercia, ou d’un certain Hajo Andrianainarivelo ou bien d’autres. En tout, ils étaient cinq qui formaient le cercle rapproché et restreint autour du leader de la révolution Orange. D’ailleurs, ce qui explique en fait l’orientation du choix vers Hery.
La candidature du Grand argentier de la Transition, entièrement soutenue ou à bloc par le MAPAR (la formation politique de Rajoelina), a été logiquement soumise sinon assortie d’une deal pour ne pas dire d’une condition précise entre les deux hommes (Rajoelina et Rajaonarimampianina) comme quoi Rajao accordera, en cas de réussite, à la formation MAPAR une place de choix dans le régime. C’est une requête légitime de la part de celui qui l’a fait roi.
Coup de théâtre, voire de tonnerre à Mahamasina le 24 janvier 2014, au moment de la cérémonie d’investiture, le Président élu et investi annonça, urbi et orbi, qu’il allait se démarquer de la famille politique, le MAPAR, dont il est issu et qui l’avait triomphalement soutenu. Il renonçait à nommer le Premier ministre dans les rangs du MAPAR étant donné que ce parti avait obtenu la majorité à l’Assemblée nationale. Tout simplement, le Président Rajaonarimampianina délaissait au… quai le MAPAR. Si ce ne fut pas une trahison, que cela ressemblait trop ! Durant tout le temps de son mandat, Rajao a magistralement ignoré Rajoelina et son MAPAR. Un certain moment, on avait l’impression que le régime Bleu du HVM traquait des membres influents du MAPAR ou certains proches de Rajoelina.
Alors, qui trahit qui ? On se fait tomber des nues quand on entend Rajaose plaindre quelque part. Il accusait Rajoelina de l’avoir trahi en le laissant tout seul. Autrement dit, il imputait à Rajoelina l’échec, à plate couture, de son mandat. Jamais dans l’histoire de l’élection présidentielle dans le continent noir qu’un Chef d’Etat, en exercice, qui se portait candidat à sa propre succession avait obtenu un score aussi dérisoire : huit pourcent et quelques miettes.  Un triste record et qui fit la honte au concerné.
Quid de la trahison ! En tout état de cause, le traître se reconnait lui-même !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »
  • Cour administrative d’appel - Mise en place demandée par la Cour suprême
  • Donald Trump - Mis en accusation pour la seconde fois et isolé par les médias !
  • Assemblée nationale - Deux nouveaux députés à l’Hémicycle de Tsimbazaza
  • Sécheresse dans le sud - Le stockage d’eau comme priorité
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - Mali confirme l’usage de faux par les trois ressortissants malagasy
  • Journée des officiers - Une célébration sobre et symbolique à Iavoloha
  • Trafic illicite de 73,5kg d’or - L’avion de la STA saisi !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit solidaire !
    L’heure est grave ! L’intraitable « Kere » dans le Sud fait fuir des gens. La Covid-19 reprend le poil de la bête. La violence atteint le paroxysme. Les sociétés et entreprises ne sont pas encore sorties de l’auberge des suites des frappes aveugles de la pandémie du coronavirus durant l’année passée. Le moment crucial arrive où nous devons, tous sans exception, faire preuve d’esprit solidaire. Chacun doit se sentir concerné sans être forcément responsables du malheur d’autrui. La solidarité nationale s’avère être la solution la meilleure sinon l’idéal.Dans le Sud, l’intensité de la sécheresse atteint, cette fois-ci, un degré… inhumain. Quand les gens de la région concèdent à fuir ou à abandonner la terre de leurs Ancêtres, leurs animaux d’élevage et leurs activités cela explique une situation inédite voire intenable. Depuis l‘époque coloniale jusqu’à un passé récent, les autorités publiques ont tenté de convaincre les habitants du grand Sud,…

A bout portant

AutoDiff