Publié dans Editorial

Trop de princes !

Publié le vendredi, 30 juillet 2021

Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.
La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son côté, échappe totalement aux ménages à faible revenu. L’inflation tout spécialement s’envole et plonge le pays dans un marasme inénarrable.
Par-dessus tout et le comble du malheur, Madagasikara, un pays qui se débat contre la misère, pauvre parmi les plus pauvres, nourrit trop de princes. Le peuple exsangue doit supporter sur la tête la lourde charge pour subvenir aux rémunérations et avantages exorbitants des barons au pouvoir.
A l’entame de son mandat, le nouveau Président a donné le ton. Désormais, a-t-il fait savoir, l’austérité sera la règle de conduite. Les gaspillages de l’argent public seront de l’histoire ancienne. Les grandes cérémonies coûteuses crevant la fébrile caisse de l’Etat n’auront plus droit de cité. Ainsi, les cérémonies de présentation de vœux suivies de copieux cocktail d’Iavoloha de même au niveau de chaque ministère seront tout simplement supprimées. Quelle bonne surprise ! Le nombre des membres du Gouvernement a été revu à la baisse.
Seulement, au fur et à mesure où l’on avance dans le temps, les anciennes pratiques ont tendance à réapparaître. Dans les ministères, il y a trop de Directions, de Directions générales et des conseillers. Sans vouloir citer nommément des cas précis, pour éviter des réactions stériles, on se demande tout de même que la gestion administrative d’un pays de 25 millions d’habitants nécessite-t-elle réellement la mise en place d’un bataillon de princes et de nabab de cette taille ? Pour un pays de 50 à 100 millions d’habitants ou plus exigera donc toute une armée de hauts dignitaires grassement payés.
Dans l’Armée, la Gendarmerie y comprise, il y a trop de princes gradés (« be bokotra sy be kintana ») qui surpeuplent la caserne. Pour un pays qui n’a aucune prétention d’agresser encore moins d’ennemis potentiels à craindre, il y a quelque chose à revoir. Certes, les « dahalo » sont des ennemis à anéantir, mais il y a toujours une proportion à garder.
Au sein du Parlement, le gaspillage fait parler aussi de lui. Les assistants parlementaires se recrutent par centaines. Nos parlementaires, en déplacement sur terrain, se conduisent en vrais nababs.
L’état pléthorique de nos cadres aux Hauts emplois de l’Etat inquiète les observateurs. Faudrait-il rappeler à tout moment que Madagasikara est un pauvre, parmi les plus pauvres. Austérité, sobriété et modération telles que le Président l’exige doivent être les mots d’ordre à respecter, à exécuter !
Ndrianaivo

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff