Publié dans Editorial

Ouvrir ou ne pas ouvrir !

Publié le jeudi, 16 septembre 2021

Ouverture ou non des frontières ? Le débat focalise les esprits. Les yeux du citoyen lambda aux Groupements d’opérateurs (GEM, FIVPAMA, CTM, etc.) sont tournés vers Anosy (Ministère des Affaires étrangères). Les réunions s’enchainent, réunissant autour de la table les autorités compétentes à savoir le ministre des Affaires étrangères, le ministre du Tourisme et le ministre de la Santé publique ainsi que les représentants desdits Groupements d’opérateurs dont les activités ont des liens directs ou indirects avec l’ouverture des frontières.
A l’hippodrome de Longchamp (Paris), lors de la REF, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry Nirina laissa entendre clairement l’éventualité de l’ouverture progressive des frontières dans le courant du mois d’octobre en espérant vivement que la situation de la pandémie continue de s’améliorer dans la Grande île. Inutile de supposer que les potentiels investisseurs présents à Longchamp ont pesé de tout leur poids pour obtenir du numéro Un du pays la possibilité d’ouverture dans un avenir proche.
L’on sait que les professionnels du tourisme, en particulier, s’impatientent de voir les portes de la Grande île s’ouvrir enfin. Les deux ans de l’état d’urgence sanitaire signent sans appel le coup d’arrêt de leurs activités à tel point que tours opérateurs, hôteliers, les agents du guidage et bien d’autres acteurs à la base ont dû se contenter des miettes voire du néant. Ils sont donc pendus à la décision, « ouvrir ou ne pas ouvrir » des frontières, du groupe de travail dirigé par le chef de la diplomatie malagasy Patrick Rajoelina.
Le dernier rapport présenté par le CDC (Center for Disease Control and Prevention) en substance l’agence médicale fédérale américaine, place Madagasikara dans le top 30 de pays à faible risque Covid-19. Il y a de quoi à raviver les espoirs et les attentes !
On ne peut pas envisager les effets pervers d’un éventuel statu quo sur le sort réservé aux frontières. Continuer à fermer le pays sera un coup fatal pour des milliers et des milliers d’acteurs de l’économie nationale qui nourrissent directement ou indirectement le secteur du tourisme à Madagasikara. Un secteur porteur et générateur de profits !
Evidemment, il y a toujours des risques à prendre. Mais, il appartient à chacun et aux autorités étatiques responsables de mettre en place toutes les mesures à prendre dont entre autres la campagne nationale en vue de vulgariser les vaccins. A ce rythme où la couverture vaccinale est encore parmi la plus faible en comparaison avec d’autres, il fallait s’attendre effectivement à un risque à courir. Le ministère de la Santé doit redoubler d’intensité et d’efforts dans la mobilisation générale. Qu’on se le dise que l’arrivée en masse de passagers de l’extérieur n’est pas sans danger. Mais est-ce une raison pour condamner à … mort ce secteur qui, depuis toujours, fait le nécessaire pour alimenter en devises la réserve nationale et garantir des emplois directs et indirects dans un pays en difficulté comme Madagasikara. Un avantage non négligeable pour redresser au plus vite le pays après ce cataclysme provoqué par la Covid-19. Mais, il n’y a pas que le tourisme, l’ouverture du pays au monde extérieur contribue certainement au développement de tous.
Ouvrir ou ne pas ouvrir nos portes ! C’est une lourde responsabilité qu’il faudra oser assumer.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff