Publié dans Editorial

Pour une noble cause

Publié le lundi, 04 octobre 2021

Le couple présidentiel se mobilise. Des indiscrets ou des curieux parfois profanes dans l’observation des faits et gestes des personnages publics s’interrogent : « Rajoelina et son épouse Mialy ont-ils le temps de se reposer ? ». Infatigables, il paraît qu’ils se lancent dans une course-marathon plutôt qu’une course contre la montre en raison d’urgence quelconque qui presse.
Dans l’Atsinanana, il descend sur terrain pour constater de visu l’état de délabrement avancé de la RN2, cette artère vitale qui relie le cœur du pays (la Capitale) au Grand port de l’Est et cela pour nourrir et réguler la vie des millions de malagasy. Pénuries et inflation résultent de la dégradation de cet axe essentiel.
A Itasy (Ampefy et Analavory) au Centre, le Chef de l’Etat rend visite aux populations rurales et relance leurs activités autour du célèbre et historique Lac Itasy notamment la pêche et l’hôtellerie. A Analavory, il inaugure le marché « manarapenitra ».
Dans le Nord, le couple présidentiel donne le coup d’envoi des réparations de la RN6, le tronçon reliant Diégo à Ambilobe, qui se trouve également dans un état de dégradation critique. Par un jogging ayant l’allure d’une course pédestre, Rajoelina et son épouse inaugurent la route menant à Ramena, ce site touristique à proximité d’Antsiranana-ville, de renommée mondiale.
De Paris (France) à Washington en passant par New York (USA), le Président malagasy accompagné de son épouse s’active auprès de groupements d’opérateurs, des investisseurs potentiels, sur la tribune mondiale des Nations unies et face aux décideurs de la Finance internationale (FMI) et tout cela pour défendre la cause des intérêts vitaux de la Nation. Apparemment, le périple a rapporté gros entre autres ce prêt spécial (non remboursable) de 332 millions de dollars pour Madagasikara octroyé gracieusement par le FMI et disponible dans l’immédiat pour les besoins urgents du pays.
De retour au pays, le couple présidentiel se dirige immédiatement vers le grand Sud où le kere continue de faire des ravages. Il y a urgence ! Rajoelina annonce qu’une partie non négligeable de la « manne » du FMI sera affectée aux besoins urgents de la population de cette partie en lutte permanente contre la malédiction.
La Première dame, très impliquée voire pleinement engagée dans ce « marathon » pour prêter secours aux femmes et enfants en détresse, ne ménage pas ses efforts pour que des vieshumaines soient sauvées. Une noble cause à laquelle Mialy, pour les intimes, considère comme son combat personnel ! A la différence des Premières dames précédentes, notre « Lady Di » nationale fonce corps et âme de manière à ce que mères et enfants (filles surtout) recouvrent leurs droits que la Constitution garantit en leur faveur. Lutte contre les VBG ! Combat pour l’égalité du genre ! Eradiquer les insuffisances alimentaires ! Des thèmes chers à la Première dame de la République. Le défi dépasse les normes et l’enjeu est difficile à cerner. De la mobilisation contre les insuffisances alimentaires à la campagne de vaccination en passant par la lutte contre les VBG, la Première dame aura fort à faire.
Le couple présidentiel, Rajoelina et son épouse, se battra et continuera à se battre pour la noble cause et ce en dépit des tirs croisés du camp d’en face.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff