Publié dans Editorial

Défi vital !

Publié le jeudi, 16 juin 2022

La seconde vague de concertation nationale axée sur l'agriculture, en vue de l'autosuffisance alimentaire, a ouvert ses portes dans la journée d'hier mercredi 15 juin au CCI Ivato. Elle durera deux jours au cours de laquelle, les représentants et les délégués débattront les voies et les moyens afin d'atteindre l'objet fixé. L'initiative de la conférence revient au principal responsable du pays, Rajoelina Andry.

La volonté de parvenir à l'autosuffisance alimentaire relève d'un paramètre vital. C'est une question de vie des 25 millions de Malagasy. Un défi vital sur lequel reposent le présent et l'avenir de tout un peuple.

Un pays est dit autosuffisant sur le plan alimentaire quand il est capable, à lui-même, de subvenir de façon suffisante en quantité et en qualité aux besoins vitaux, alimentairement parlant, de son peuple. Et partant, le pays autosuffisant dispose de quantités suffisantes de produits destinées à l'exportation.

Des pays asiatiques comme la Chine, l'Inde, le Pakistan et le Viêt-Nam, des pays à vocation agricole ont su développer leur agriculture notamment la production rizicole à tel point qu'ils peuvent se targuer d'être des pays autosuffisants. Ils sont donc capables de nourrir leurs peuples qui, à souligner, se trouvent parmi les plus nombreux dans le monde. Quelle fierté pour les Asiates ! Non seulement, ils se suffisent à leurs besoins vitaux mais, en plus, ils sont les greniers du Tiers-monde.

Madagasikara, à l'époque de la Première République, autour des années soixante, faisait partie des pays africains pouvant fièrement se ranger parmi les Etats autosuffisants alimentairement. La production rizicole annuelle connut des performances telles que le pays pouvait se permettre d'exporter vers le continent et même en Europe et les Etats-Unis. La Grande île bradait le titre de « grenier de l'océan Indien ». La bonne réputation du riz de luxe malagasy dépassait largement les confins des frontières nationales. Mais depuis des années quatre-vingt, le déclin des performances agricoles notamment le riz n'a pu être endigué. En quatre décennies de déficience, la situation agricole, en particulier, celle de l'aliment de base, le riz, vire au rouge et cela en quantité et en qualité.

Evidemment, le paramètre climatique, entre autres la sécheresse y est pour beaucoup. Cependant, d'autres paramètres comme les insuffisances techniques et le manque d'efficacité et de la volonté politique entrent en jeu.

Le défi qui attend la conférence nationale d'Ivato revêt un caractère vital. Atteindre l'autosuffisance alimentaire n'est pas une évidence en soi. En tout cas, il n'y a pas de miracle. Il ne faudrait pas tomber dans les pièges de belle parole, d'engagements creux et des promesses vides de sens. Le pays en a assez des propos démagogiques. Des ateliers de travail ! Des tables rondes ! Des études de faisabilité ! On en a eu par millier mais le pays n'a jamais évolué. Au contraire, on descend jusqu'au niveau le plus bas. La dépendance alimentaire du pays est légendaire. On frappe la porte n'importe où ! On prie ou on quémande !

Les apports techniques innovants pour améliorer le rendement s'avèrent incontournables. On ne peut pas espérer accroitre la production agricole sans une bonne maitrise des techniques de production. Une volonté politique pour mieux faire davantage s'impose !

Ndrianaivo

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff