Publié dans Editorial

Bonne gouvernance

Publié le mardi, 14 mars 2023


Conditionnalités. Les institutions de Bretton Woods posent leurs conditions tout comme les banques primaires locales exigent des cautions. Pour arriver au stade final, le décaissement, les bailleurs traditionnels imposent que certaines conditionnalités soient acquises dont entre autres la bonne gouvernance.
On entend par « bonne gouvernance » une gestion saine des affaires nationales dont en particulier les ressources du pays. Sans une bonne gouvernance, le pays erre dans le désert, au milieu de nulle part. Tel un navire qui navigue sans repères en plein océan suivant une trajectoire incertaine, un pays méprisant la bonne gouvernance tourne en rond et finira toujours par être pris au piège du cercle vicieux de la misère.
La bonne gouvernance repose sur trois piliers de base autour desquels s’articulent des éléments tout aussi importants les uns des autres.
La transparence (voir notes précédentes) constitue le premier pilier de la bonne gouvernance. On ne peut pas ou jamais concevoir asseoir une saine gestion des affaires nationales sans passer par la clarté et la limpidité de toutes les actions à entreprendre dans tous les domaines d’activité. Allant de la gestion des ressources (humaines, financières, naturelles et minérales) en passant par la gestion des secteurs-clés comme l’éducation nationale, la Justice, les Forces de l’ordre pour atterrir à la bonne maitrise de nouvelles technologies de pointe de la communication et dérivées. Aucun pays, surtout ceux en lutte permanente contre la pauvreté, ne pourra jamais compter réussir sans l’entremise de la transparence. L’opacité conduit tout droit et sans fautes vers toutes formes de malversations qui, à leur tour, appauvrissent lourdement le pays. A titre d’exemple, le pillage des ressources naturelles et minérales, commis par des trafiquants agissant dans l’ombre ou sous protection « d’en haut » et qui fait actuellement la mauvaise réputation de Madagasikara, handicape sérieusement l’essor de l’économie nationale.
La lutte sans merci contre la corruption figure sur la deuxième position toute aussi importante que stratégique pour la bonne marche alias bonne gouvernance des affaires nationales.La bataille contre toute tentative de monnayer tous les services rendus occultes et publics tant administratifs que techniques doit être menée sur tous les fronts. L’économie perd de gros sous à cause de ce « vol » effronté. Une hémorragie qui affaiblit mortellement le pays. Ces deux dernières années, Madagasikara stagne en matière de lutte contre la corruption. A quelque niveau près, la gangrène continue sa phase de contamination. Le classement de la Grande île inquiète toujours les observateurs. En tout cas, Madagasikara a encore de long chemin à parcourir dans ce combat qui, au final, a tendance à perdurer.
Tolérance zéro contre l’impunité. L’éradication de l’impunité fait partie de la triple bataille pour atteindre la bonne gouvernance. L’enjeu est de taille et compliqué dans la mesure où le blocage se trouve en interne qu’à l’extérieur du régime en place. Il semble que des gros bonnets délinquants financiers jouissent de la protection « ailleurs » au niveau supérieur. Dans un pays où l’impunité règne, il est pratiquement impossible de croire, un seul instant, que l’on pourra un jour franchir le cap de la bonne gouvernance. Quelque part, on sent également que les bailleurs ferment les yeux devant le « crime ».
Les efforts pour atteindre un jour la bonne gouvernance doivent être toujours maintenus.
Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff