Publié dans Editorial

La bonne guerre !

Publié le mercredi, 15 mars 2023

A la guerre comme à la guerre ! Il n’y a qu’un seul but visé : vaincre. Et tous les moyens sont … bons pour. 

Toujours est-il qu’il existe tout de même, des nuances à établir. Un dispositif de lois bien défini encadre et régit tout conflit militaire. La violation de ce cadre juridique condamne les auteurs pour des crimes, les « crimes de guerre ». Les responsables reconnus coupables sont des « criminels de guerre » et ils sont sévèrement punis par la loi. L’ONU a mis en place une Juridiction habilitée à statuer voire à juger sur tous les conflits militaires ou autres entre les Etats membres en l’occurrence la Cour internationale de Justice (CIJ), le Tribunal pénal international (TPI). Tout juste après la guerre, le « Tribunal de Nuremberg », une Juridiction internationale mise en place par les pays vainqueurs, jugeait les criminels de guerre nazis durant la Grande Guerre 39-45. Ceci étant, il peut y avoir une sale guerre commise pour une cause condamnable, pour des crimes et une guerre justifiée ou pour bonne cause, la bonne guerre.

Quand un pays envahit le territoire d’un autre pays indépendant et souverain pour une raison ou une autre, il commet en vertu de la loi internationale de la guerre un crime. Quand on attaque des civils, des bâtiments civils (habitations, écoles, hôpitaux, usines, des animaux d’élevage ou sauvages, plantations, etc.) qui n’ont aucun lien direct avec la guerre, ces actes sont passibles de sanction.

Le pays entre de plain- pied dans la phase de la bataille de la pré-campagne, une bataille … politique. On est en guerre ! Et à la guerre comme à la guerre. La loi organique n° 2018-008 relative au Régime général des élections et référendums ne stipule aucun dispositif relatif à la pré-campagne. Elle ne l’autorise ni l’interdit. La loi ne signifie pas quand elle commence et quand elle se termine. Tout comme le plafonnement du budget de la campagne, la loi organique laisse le soin aux états-majors politiques d’apprécier.

Seulement, comme dans toute guerre, il y a un minimum de code à respecter. A l’instar de toute guerre, la loi est la même. Il est interdit d’abattre des personnes et de détruire des infrastructures civiles. A la lumière des comportements et des actions de certaines personnalités supposées être des candidats potentiels pour la présidentielle de novembre et leurs sympathisants, force est de constater qu’ils agissent en dehors du cadre « légal » de la guerre. En fait, ils s’acharnent sur la personnalité du Chef de l’Etat et de son entourage et foncent tout droit dans l’anéantissement des infrastructures institutionnelles. Ces futurs candidats sapent à la base les fondements et l’existence de la CENI et de la HCC. Ce n’est pas une bonne guerre.

Pour la cause de la bonne guerre, l’essentiel des actions de tous les états-majors des partis politiques proposant à aligner des poulains consiste d’élaborer une stratégie convaincante de nature à  séduire  l’opinion et ce pour réussir et vaincre la bataille. Inutile de s’attaquer à des acteurs politiques ni à diaboliser des institutions en charge de la gestion des élections. En fait, le comportement dénote au préalable un aveu d’échec et que l’on se crée d’avance une porte de sortie. 

 

Ndrianaivo

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff