Publié dans Editorial

Diplomatie réactivée

Publié le lundi, 17 juin 2019

Madagasikara refait surface. Le pays se relève et retrouve lentement mais sûrement sa place sur la scène internationale, dans le concert des Nations libres et souveraines. Moribonde voire même éteinte, la Relation extérieure de la Grande île est désormais revigorée. En soixante ans d'indépendance, la diplomatie malagasy connut des hauts et des bas. Malmenée par les mésaventures des régimes successifs, elle galérait  jusqu'à perdre le cap !

 

Durant la Première République, la diplomatie malagasy agit en fonction des intérêts de la Métropole, l'ancienne puissance coloniale. C'est la France qui dirigeait la Relation extérieure de Madagasikara notamment en matière économique. Lié ou … ligoté par un Accord de coopération avec la France, Madagasikara ne disposait aucune marge de manœuvre nécessaire pour mener à sa guise la diplomatie nationale. Ce fut l'époque de la « diplomatie guidée ».

Les évènements de mai 72 bouleversèrent la situation. Sous la houlette d'un jeune Officier de Marine, ministre des Affaires Etrangères du Gouvernement Ramanantsoa, un certain Ratsiraka Didier, la diplomatie malagasy tentait de s'émanciper du joug néo-colonial. Un nouvel Accord de coopération « recadré » ou « remanié » vit le jour.

Mais la situation se radicalise à l'époque de la Deuxième République. Ratsiraka l'homme fort du régime socialiste coupa le cordon ombilical avec la Mère Patrie. C'est l'avènement de la diplomatie progressiste orientée vers les relations serrées avec les pays d'obédience marxiste-léniniste. Désormais, on ne jurait que par l'entremise de l'URSS, de la Chine populaire, de la Corée du Nord et par certains pays « amis » d'Afrique. La France reléguée en troisième ou quatrième position est réduite à une simple  figuration. Par conséquent, Madagasikara avait dû gérer une diplomatie tendue même hostile avec les grandes chancelleries occidentales.

Seulement, la France ne se laissait pas faire. Elle tentait par tous les moyens à « récupérer » sa place. En tant qu'ancien pays colonisateur, la tradition sur le plan international veut qu'elle décide du sort de Madagasikara. Aucune autre puissance étrangère (occidentale) ne peut passer outre les consignes émises par la France. Tous les financements ont été bloqués. Madagasikara vivait des moments difficiles. Le blocus imposé par la France et ses acolytes  portait ses fruits. Le régime rouge de Ratsiraka se trouvait dans l'obligation de s'agenouiller. De ce fait, la diplomatie malagasy ouvrait ses portes aux pays alliés de la France tout en se soumettant à leurs consignes ou à leurs … caprices. Et la France reprit ses … droits. A son retour au pouvoir en 1996, Ratsiraka virait totalement « à droite » et la diplomatie malagasy agit, de nouveau, en fonction des intérêts de la Mère-Patrie.

Ravalomanana Marc, au pouvoir depuis 2002, changeait de cap tout en maintenant le cadre géopolitique dominé par l'Occident. Les pays anglo-saxons dont l'Allemagne, au détriment de la France, prenaient la relève et assurait la barre de la diplomatie malagasy.

Durant la Transition, la diplomatie malagasy souffrait du fait de l'embargo voulu par la Communauté internationale. La situation perdure et même après la sortie de la crise, le régime HVM ne parvint pas à rétablir la situation. L'avènement de Rajoelina au pouvoir offre du baume au cœur à la diplomatie malagasy. L'IEM  conquiert la confiance des grands partenaires. Désormais réactivée, elle (diplomatie) va pouvoir fonctionner à plein régime.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff