Publié dans Editorial

Des divagations !

Publié le jeudi, 08 août 2019

Que des fantasmes. Des divagations à n’en plus finir autour d’un sujet relatif à la mise en place définitive du statut de l’opposition surtout au mode de désignation de son chef devant le représenter auprès du Parlement (Chambre basse). La Constitution de la République, en vigueur, dans son Art. 78 alinéa 2, prévoit une place bien définie sinon un rang de dignité précis auprès de l’Assemblée nationale à l’opposition : la vice-présidence. Un poste  donnant droit à des avantages divers (protocolaire ou espèces sonnantes) non négligeables à celui ou à celle qui aura la …chance de l’occuper. Une grande première dans les annales de la République où la loi donne lieu à cadre officiel à l’opposition. Tout cela au nom de la démocratie qui a pour temple l’Assemble nationale.  Le poste nouvellement créé dédié à l’opposition, à son chef notamment, provoque des hystéries fiévreuses au sein du microcosme politique local. Bien que le cadre légal n’ait pas été encore défini officiellement par les autorités compétentes des leaders de partis se réclamant le statut d’opposants se livrent déjà à des « luttes » sournoises pour avoir le titre. En effet, le Gouvernement doit d’abord publier le décret d’application. Apparemment, il prend son temps. Etant dit qu’il s’agit là d’une première expérience pour le pays, on se donne le soin de bien étudier la chose. A entendre la présidente de l’Assemblée nationale, c’est un avis, semble-t-il, partagé par les tenants du pouvoir. En effet, Mme Razanamahasoa Christine, députée d’Ambatofinandrahana et nouveau  tenant du perchoir à Tsimbazaza,  se prononçant sur ce sujet de discorde, écarte toute démarche conduisant à toute de précipitation. Il faut, ajoute-t-elle, bien creuser et s’offrir l’occasion de débattre à fond le sujet avant de trancher. D’ailleurs, les députés vont prochainement s’y attaquer durant leur session au Palais de Tsimbazaza qui devrait se tenir normalement la semaine qui vient.  

Ce qui  ne fait point l’ombre de doute c’est que l’Assemblée nationale (AN) sera désormais le cadre tout indiqué pour tout débat politique, économique et social touchant la vie nationale. En tant que temple de la démocratie, l’AN va devenir le théâtre « unique » des combats d’idées entre formations proches du pouvoir et les sensibilités « d’en face ». La nouvelle contexture n’autorise plus la tenue des manifestations de rue. Le rôle de leader de l’opposition dans ce nouveau cadre consiste à dynamiser le débat. D’où la pertinente question « y aura-t-il une personnalité ayant la stature ou l’envergure exigée ?» De toutes les manières, la personne qui prétend l’être, en ce moment, un certain Ravalomanana Marc est loin du compte.  Non seulement, Ravalo n’a pas l’étoffe d’un leader politique mais aussi il ne dispose pas la carrure et surtout le charisme auprès de l’opinion. D’autres dirigeants politiques revendiquant le statut d’opposition conteste en lui  le poste de leader de l’opposition. En  tout et pour tout, c’est une position qui ne s’impose pas mais qui s’acquiert. Ravalomanana Marc aura encore fort à faire pour convaincre ses « pairs » afin qu’il soit accepté en tant que tel et adoubé à ce poste tant convoité.  Il a encore un long chemin à parcourir. En attendant que le texte régissant l’opposition soit bouclé et publié officiellement, il faut cesser de s’adonner à toutes divagations.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff