Publié dans Editorial

Alerte !

Publié le mardi, 13 août 2019

Péril en la demeure. De par sa situation géographique, la Grande île s’expose au péril. Elle  tenait un rôle inquiétant de plaque tournante des trafics de stupéfiants dans l’Océan Indien et ravitaille les îles voisines (Ile Maurice, La Réunion). Le sordide « commerce » tisse ses relations et atteint l’Europe, l’Amérique du Nord,  l’Afrique continentale et l’Asie, plus précisément, le Sud-est asiatique. Etant donné que le pays se situe sur le chemin de grands commerces internationaux, des trafiquants de tout acabit notamment des narcotrafiquants et des dealers de toute taille pullulent la région. En fait, la drogue dure rode dans les parages.  Alerte au péril !

 

De source auprès des services publics autorisés, la Douane malagasy a saisi durant le premier semestre de cette année en cours (2019) 69 kg de drogue dure. Une saisie record ! Très impressionnant pour une telle quantité, trop menaçante pour un produit fortement dangereux et trop ahurissant pour l’avenir de nos jeunes. Traditionnellement, Madagascar ne figure pas encore sur la liste des pays à risque de trafic illicite de drogue dure comme ce sont les cas en Afrique tels le Maroc, le Congo Kinshasa (RDC), l’île Maurice, le Kenya, le Ghana, Burkina Faso ou de la Guinée ou bien des pays d’Amérique Latine (Colombie, Pérou, Bolivie) ou enfin du pays du « Croissant d’or », l’Afghanistan, ou du « Triangle d’or » Myanmar, Laos et Thaïlande. Cependant, vu la tendance à la hausse de ce trafic illicite et dangereux constatée  et observée ces derniers temps, le cas Madagascar commence à préoccuper sérieusement les observateurs qui, par le fait, actionnent la sonnette d’alarme en direction des autorités compétentes et des organisations à vocation éducative. Des inquiétudes légitimes et plus que normales dans la mesure où le péril frappe à nos portes.

D’après les enquêtes et les recherches minutieuses diligentées par les services de la Police de la lutte contre les stupéfiants (Police des Stup), la consommation de ces produits proscrits se constate auprès surtout de nos jeunes, lycéens ou des écoles privées ou confessionnelles de renom d’Antananarivo à titre d’exemple. Les responsables de ces établissements se plaignent de l’existence des petits dealers qui rodent autour de leurs écoles. Conséquence directe, la discipline accuse un sérieux coup ! Des mesures urgentes s’imposent donc !

L’IEM consacre une partie non négligeable de son programme en direction des jeunes. Un volet tout aussi important que d’autres secteurs auquel les nouveaux dirigeants ne minimisent point. Dans les Velirano, le Président Rajoelina privilégie et priorise le cas des jeunes dans tous ces états. Il sait pertinemment que l’avenir tout entier du pays est étroitement lié à la réussite ou non des jeunes. Le futur immédiat dépend au sort réservé à leur compte. A travers le « projet Fihariana », le Chef de l’Etat s’engage personnellement à donner un coup de pouce à démultiplier les potentialités des jeunes entrepreneurs.

Educateurs, hommes d’église, Société civile, centres éducatifs, gens de bonne volonté et parents d’élèves, en général, doivent impérativement se donner la main pour stopper net à toute avancée de ce  péril. Des mesures dissuasives fortes et très urgentes seront les bienvenues. Sous d’autres cieux (Indonésie ou d’autres pays musulmans), toute personne reconnue coupable de trafic illicite de drogue encourt la peine capitale.

Ndrianaivo

Fil infos

  • MATP - Chasse aux remblais illicite
  • Attachement au principe de souveraineté - Tentative de meurtre médiatique à l’endroit d’Andry Rajoelina
  • Magouilles dans la distribution d'aides sociales - Le Président Andry Rajoelina avertit les chefs de Fokontany
  • « Sosialim - bahoaka » à Antananarivo - Les aides de l'Etat s'enchaînent dans les 6 Arrondissements
  • Remaniement imminent - Qu'un vrai leader soit à la tête du ministère
  • Ministère de la Défense nationale - Mise en garde contre toute désinformation
  • Finance publique - Un cours magistral, signé Rindra Rabarinirinarison
  • Fête du trône du Maroc - Les félicitations du Président malagasy au roi Mohammed VI
  • Crise sanitaire - Des aides sociales pour 200 000 foyers nécessiteux de Tanà
  • Directeur général de l'IMRA - Le CVO a subi le test de toxicité

La Une

Editorial

  • Exit, le drapeau blanc !
    Le pays est en guerre ! En plein cinquième mois de bataille, à la dixième quinzaine de confinement, on entre dans une phase de guerre d’usure. Les prévisions de l’OMS ne rassurent guère. La pandémie risquerait de perdurer ! Mais, pas question de jeter l’éponge ! Le Chef de l’Etat Rajoelina Andry, en sa qualité de chef de guerre, a été clair et net au Palais des Sports à Mahamasina, lors de l’inauguration du nouveau Centre de traitement de la Covid (CTC), quand il a déclaré que « Nous ne hisserons jamais le drapeau blanc ». Il est vrai que le pays fait face à un ennemi invisible et redoutable mais il écarte l’option ou l’hypothèse de courber l’échine ! Et partout dans ses déplacements, Rajoelina ne manque pas d’encourager les « soldats ». Le personnel soignant, la population des Régions contaminées et les responsables étatiques à tous les niveaux…

A bout portant

AutoDiff