Publié dans Editorial

Danger public

Publié le jeudi, 15 août 2019

« Quatre morts en l’espace de vingt-et-une heure ! » Tel fut le gros titre à la Une d’un quotidien de la Capitale en début de ce mois entre Anosizato à Ampitatafika. Un autre presque au même moment à la Une également fit état de « 75 infractions par heure relevées aux 67 ha ». Quelques années auparavant, en 2015 on a enregistré 156 accidents routiers mortels. Et les statistiques continuent de monter en flèche.
A ce rythme et en se basant uniquement sur ces indices très révélateurs et forts édifiants, la circulation routière caracole, sans ambages, en tête de peloton du secteur le plus meurtrier à Madagascar  en même temps détient le record de gabegie.   L’Agence nationale des transports terrestres (l’ATT), conçue et censée gérer pour la bonne gouvernance des circuits sur terre dont principalement la route, n’a pas su faire preuve, jusque-là, de capacité à mettre de l’ordre. En ville comme sur routes nationales et celles d’intérêt provincial, les accidents augmentent en nombre et deviennent de plus en plus graves sinon mortels.


A Antananarivo-ville, l’anarchie règne. Les taxi-be créent des bouchons interminables. Les deux-roues et les charrues circulent n’importe où, n’importe comment. On dirait que les rues de la Capitale ne sont plus réglementées par aucun Code de la route. Le cas du grand quartier de 67 ha cité en haut avec  75 infractions en une heure nous révèle que le respect de la loi relative à la circulation routière à Tanà échappe totalement au code en vigueur. A chacun de faire son petit calcul, si les agents verbalisateurs feront le contrôle la journée entière, combiens d’irrégularités iront-ils constater ? Sans entrer dans les détails de l’insécurité, la Ville des Mille n’est autre que la Cité des « sans-loi ». Incapables de mettre sous contrôle la ville, les élus TIM tournent autour du pot et ne savent que faire.  Il est grand temps de changer et de renouveler l’équipe. La période des vacances pointe son nez ! L’opinion publique, pour ne pas dire les contribuables, attend de pied ferme le ministère des Transports et du Tourisme, en particulier l’ATT, qu’il prenne les mesures adéquates et fermes afin de juguler le bordel qui règne dans ce secteur … meurtrier. Il doit travailler de concert avec les professionnels du transport, de voyageurs notamment, de telle sorte  que les usagers (en ville ou sur route) puissent faire leur trajet dans la sérénité. A rappeler qu’en cette période de vacances, tout le monde aspire à une vie de repos, de farniente. C’est injuste de subir le … pire sinon l’ambiance de morgue en lieu et place de la gaieté et la liesse de l’air pur des côtes. Depuis belle lurette, on réclamait le lancement d’une vaste campagne nationale de sensibilisation et d’éducation axée sur le civisme et la bonne conduite à l’intention de tout usager de la route, malheureusement rien n’est fait du moins jusque-là. Le pouvoir public dont l’ATT au diapason avec le groupement professionnel du métier ont la lourde tâche de mettre en œuvre ce programme étalé sur toute l’année. Et surtout, veiller au contrôle et suivi.  Le transport terrestre, un secteur vital dans le mécanisme de la machine de la vie nationale,  risque de se muer inéluctablement en danger public national.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff