Publié dans Editorial

Danger public

Publié le jeudi, 15 août 2019

« Quatre morts en l’espace de vingt-et-une heure ! » Tel fut le gros titre à la Une d’un quotidien de la Capitale en début de ce mois entre Anosizato à Ampitatafika. Un autre presque au même moment à la Une également fit état de « 75 infractions par heure relevées aux 67 ha ». Quelques années auparavant, en 2015 on a enregistré 156 accidents routiers mortels. Et les statistiques continuent de monter en flèche.
A ce rythme et en se basant uniquement sur ces indices très révélateurs et forts édifiants, la circulation routière caracole, sans ambages, en tête de peloton du secteur le plus meurtrier à Madagascar  en même temps détient le record de gabegie.   L’Agence nationale des transports terrestres (l’ATT), conçue et censée gérer pour la bonne gouvernance des circuits sur terre dont principalement la route, n’a pas su faire preuve, jusque-là, de capacité à mettre de l’ordre. En ville comme sur routes nationales et celles d’intérêt provincial, les accidents augmentent en nombre et deviennent de plus en plus graves sinon mortels.


A Antananarivo-ville, l’anarchie règne. Les taxi-be créent des bouchons interminables. Les deux-roues et les charrues circulent n’importe où, n’importe comment. On dirait que les rues de la Capitale ne sont plus réglementées par aucun Code de la route. Le cas du grand quartier de 67 ha cité en haut avec  75 infractions en une heure nous révèle que le respect de la loi relative à la circulation routière à Tanà échappe totalement au code en vigueur. A chacun de faire son petit calcul, si les agents verbalisateurs feront le contrôle la journée entière, combiens d’irrégularités iront-ils constater ? Sans entrer dans les détails de l’insécurité, la Ville des Mille n’est autre que la Cité des « sans-loi ». Incapables de mettre sous contrôle la ville, les élus TIM tournent autour du pot et ne savent que faire.  Il est grand temps de changer et de renouveler l’équipe. La période des vacances pointe son nez ! L’opinion publique, pour ne pas dire les contribuables, attend de pied ferme le ministère des Transports et du Tourisme, en particulier l’ATT, qu’il prenne les mesures adéquates et fermes afin de juguler le bordel qui règne dans ce secteur … meurtrier. Il doit travailler de concert avec les professionnels du transport, de voyageurs notamment, de telle sorte  que les usagers (en ville ou sur route) puissent faire leur trajet dans la sérénité. A rappeler qu’en cette période de vacances, tout le monde aspire à une vie de repos, de farniente. C’est injuste de subir le … pire sinon l’ambiance de morgue en lieu et place de la gaieté et la liesse de l’air pur des côtes. Depuis belle lurette, on réclamait le lancement d’une vaste campagne nationale de sensibilisation et d’éducation axée sur le civisme et la bonne conduite à l’intention de tout usager de la route, malheureusement rien n’est fait du moins jusque-là. Le pouvoir public dont l’ATT au diapason avec le groupement professionnel du métier ont la lourde tâche de mettre en œuvre ce programme étalé sur toute l’année. Et surtout, veiller au contrôle et suivi.  Le transport terrestre, un secteur vital dans le mécanisme de la machine de la vie nationale,  risque de se muer inéluctablement en danger public national.

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff