Publié dans Editorial

Subtile et stratégique

Publié le mercredi, 18 septembre 2019

On applaudit ! On acclame ! C’est l’homme providentiel! Bref, on jubile devant l’annonce de la candidature d’un capitaine d’industrie et membre du Gouvernement Ntsay Christian à l’élection du Maire d’Antananarivo. Au PK 0, l’ex-Cercle des Cheminots, l’IRD fit savoir le jour même de la date butoir, le mercredi 12 septembre, en milieu d’après-midi, son candidat pour les communales du 27 novembre dans la Capitale en la personne de Naina Andriantsitohaina et cela dans un tonnerre d’applaudissements. Standing ovation, l’audience présente, composée de personnalités de divers horizons, se leva comme un seul homme pour accueillir avec enthousiasme la bonne nouvelle.

Immédiatement, sur les réseaux sociaux, les réactions globalement positives ne se font pas attendre. En effet, la nouvelle se répand à travers la Toile telle une fumée blanche annonçant souvent quelque chose de bon augure. Tout comme au Vatican, la fumée blanche annonce la nouvelle que les cardinaux en conclave ont « réussi » à élire le Souverain Pontife.

Le cursus et le parcours de Naina fait de lui le « candidat providentiel » au poste de Maire de la Ville des Mille. Les enjeux et les défis sont tellement compliqués et pleins d’embûches qu’on a besoin d’une personnalité de la taille et de l’envergure d’un chef d’entreprise et d’ancien président de Groupement d’entrepreneurs aguerri comme ce petit-fils et fils de grands commis du pays.  

Les Andriantsitohaina ne sont plus à présenter au public. C’est une grande famille issue de la grande bourgeoisie merina. Le renom de cette prestigieuse famille remontait jusqu’à l’époque royale. Quand la reine Ranavalona 1 ère dut envoyer une délégation pour négocier à Londres en 1832, et cela, pour apaiser la tension entre les deux pays. En cause, la fureur de la Cour britannique devant le revirement de la reine à l’encontre des missionnaires du LMS qu’elle avait chassé sans ménagement. Ranavalona-Mère choisit parmi la délégation un Andriantsitohaina. La mission s’avérait difficile, mais elle croyait en la compétence et en la capacité diplomatique de ses hommes de confiance.

Seulement, faudrait-on noter que nous sommes là en aval du processus du choix de candidat. Il ne faut pas ignorer le mécanisme en amont. On omet souvent le côté jardin où l’on trime sérieusement afin d’aboutir à un choix subtile et stratégique. Un véritable iceberg où la surface émergée n’est qu’une infime partie du grand bloc immergé. Un travail de fourmis qui exige une rigueur et une vigilance.

Dans cette partie du processus de choix, le Chef de l’Etat dirige magistralement les travaux. Surtout pour le cas des grandes circonscriptions électorales de type Antananarivo où les enjeux atteignent le niveau national. Le Big Boss en personne se trouve aux manettes, au four et au moulin, et supervise les opérations. Le Chef met la main à la pâte de telle manière que la sauce est réussie.

Le choix de Naina Andriantsitohaina en qualité de candidat de l’IRD au scrutin des communales à Antananarivo porte personnellement la signature du jeune leader de la révolution Orange. Rajoelina ne peut pas laisser quelqu’un d’autre décider à sa place dans la phase finale du processus.

Doté d’une subtilité intellectuelle avérée et en fin stratège, Zandry Kely déjoue les pièges et détecte l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Ndrianaivo

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff