Publié dans Editorial

Attention, ça couve !

Publié le mardi, 24 septembre 2019

La bataille sur plusieurs fronts que mène le jeune Président des Malagasy ne fait pas que des heureux. Des éléments issus de divers horizons et de différents secteurs de l'Administration s'opposent, en sourdine, aux mesures de redressement effectuées. En fait, ils s'inquiètent de l'avenir incertain de leurs intérêts occultes.

 

A Mahamasina, le 19 janvier 2019, le nouveau Chef de l'Etat fraichement investi annonça publiquement qu'il procèdera incessamment à l'assainissement du régime. Selon lui, la situation dramatique dans laquelle la population s'engouffrait nécessite des actions urgentes et en profondeur. Rajoelina s'engagea devant son peuple à redresser le pays et cela dans les plus brefs délais. La misère de la grande majorité de la population l'oblige, selon la voix de la conscience et en vertu du sens de la responsabilité, à agir sans tarder. De son propre gré, il a contracté un « Velirano » et garantit la concrétisation de ses engagements.

En effet, le Président Rajoelina promet d'instaurer un Etat responsable, c'est-à-dire sensible aux problèmes des citoyens et surtout d'agir en conséquence. Il faut avant toute chose s'occuper du « sosialim-bahoaka ».

Le renouveau que le Président veut apporter consiste à traduire en actes les paroles données, notamment dans les domaines qui touchent directement la vie quotidienne.

A travers son « Velirano », Rajoelina s'engage aussi à mettre en place un Etat intègre. L'axe prioritaire de cette vision repose sur trois directions fondamentales, à savoir : éradiquer l'impunité, assainir l'Administration et rétablir l'autorité de l'Etat.

La culture de l'impunité n'a plus droit de cité avec le régime IEM. Tout responsable de délit portant atteinte à l'intégrité du pays paiera de ses actes. Il faut par tous les moyens mettre un terme à toutes formes d'exaction et de délinquance financière quelle que soit leur taille. La corruption sous toutes ses formes sera combattue avec la plus grande rigueur.

L'objectif final consiste à rétablir l'autorité de l'Etat. En menant personnellement ces batailles tous azimut, le Chef de l'Etat entend reconquérir la confiance du peuple. En tout état de cause, il faut à tout prix renouer le lien avec ce peuple longtemps meurtri et abandonné à son sort.

En tout et pour tout, on atteindra au bout du compte la mise en place d'un Etat de droit. Une condition sine qua non pour jeter les bases d'une vraie démocratie, et de là, remonter la pente vers l'épanouissement de la Nation.

Seulement voilà, des voix discordantes se font entendre quelque part sous couvert de … l'anonymat et sous le manteau. Déjà, depuis la grande déclaration au Palais des sports au cours du discours marquant le Centième jour de prise de fonction du Président Rajoelina Andry Nirina, des voix s'élèvent pour contester la « révolution » en marche. Certains agents des Corps de métier, touchés par la « réforme » radicale, se rebiffent. Ainsi, un réseau de conspiration se trame sous table ou au sous-sol.

Les nouveaux dirigeants se doivent d'être vigilants et ne laisser aucune chance aux ennemis du peuple

(« fahavalom-bahoaka ») d'assouvir leur funeste dessein. Le cas d'un Ratsimandrava Richard qui cherchait réellement à « sauver » son pays mais malheureusement abattu dans la force de l'âge, ne devra plus se reproduire.

Des « fumées noires » qui s'échappent quelque part illustrent la menace réelle d'un volcan qui couve. Attention !

Ndrianaivo

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff