Publié dans Editorial

En chute vertigineuse !

Publié le lundi, 23 septembre 2019

Les résultats définitifs des examens officiels au niveau de l'Education fondamentale (niveau de base ou primaire et niveau secondaire du premier cycle) sont maintenant publiés à travers le pays. Constat général décevant ! Dans tout le territoire national, les taux de réussite accusent une baisse inquiétante. A Tanà, il est de 37 %. Un pourcentage parmi les plus bas durant les dix dernières années. Il existe même dans certaines CISCO des taux de réussite avoisinant les 11 % ou tout au plus autour de 20 %. On cite même le cas d'un centre d'écrit (CEG) où il n'y a eu aucun admis (tsy nahavaky atody). En chute libre, c'est le cas de le dire, les résultats scolaires des potaches illustrent malheureusement l'état de lieu catastrophique de l'éducation à Madagasikara.

 

Réseaux sociaux, presse locale, simples citoyens et surtout les observateurs de la vie nationale ne s'en privent d'émettre leurs avis. Les commentaires vont bon train ! Les jugements, plus exactement les accusations pleuvent de tous les côtés.

C'est faux de dire que le phénomène est nouveau. Ces dernières années notamment en plein régime HVM, les résultats scolaires s'effritèrent. Le niveau des élèves diminue d'une année à l'autre. Et la descente aux enfers continue. Et si la tendance ne change pas, on touchera le bas-fond, la cave, dans un an ou deux. Quelques paramètres se trouvent à la base de cette triste réalité.

Le portefeuille de l'Education nationale, un poste éminemment technique a été ces derniers temps confié à des personnalités politiques qui n'ont rien à voir directement avec l'enseignement primaire et secondaire. On peut être un bon enseignant chercheur ou chercheur enseignant à l'université sans être forcément un bon technicien pédagogue du niveau primaire et secondaire et encore moins pour diriger le département du MEN. C'est un domaine qui requiert une compétence technique précise.

Le niveau généralement bas des enseignants ne fait qu'aboutir à des résultats pour le moins troublants. Le recrutement massif d'enseignants pour la plupart sans qualification pédagogique n'a d'autre issue que des résultats catastrophiques. Paul Rabary se félicitait d'avoir recruté par dizaines de milliers d'enseignants qui au final ne répond qu'à des critères politiques. Du clientélisme partisan clouant au pilori les élèves. Il existe de nombreux établissements scolaires (EPP, CEG ou même lycée) où les « mpampianatra daba » constituent le gros lot de la troupe. Seul le chef d'établissement qui émarge du ministère. Donc, l'enseignement est laissé à des amateurs sinon à des aventuristes.

Les parents, aux prises à des difficultés de survie quotidiennes, n'ont plus le temps matériel à accompagner ou à suivre de près les études de leurs enfants. Et encore s'ils en ont les moyens de le faire.

Le problème lié à la langue d'enseignement complique la chose. Nos enfants à l'état actuel des choses  ne savent plus écrire ni le français ni le malagasy. En tout cas, le niveau du français baisse au fil des années. L'enseignant lui-même ne maitrise pas ni le français ni le malagasy. Conséquence inéluctable : la chute libre ou vertigineuse du niveau des élèves.

C'est dans ce cadre chaotique que la nouvelle ministre de l'Education se trouve plongée avec l'assistance de ses collaborateurs. Il leur appartient de remettre en selle ce département éternellement victime des aléas de la politique politicienne.

Ndrianaivo

Fil infos

  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective
  • Lutte contre la corruption - « La volonté politique est primordiale »
  • Lutte contre la Covid-19 - Roland Ratsiraka veut encore semer le chaos
  • Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants
  • Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle
  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente

La Une

Editorial

  • Approche à revoir
    Quatre professionnels du média défraient la chronique ces derniers jours. A la Une des journaux, ils font couler beaucoup d'encre. Sabrina, animatrice d'antenne de Kolo TV, accusée de propagation de fausses nouvelles troublant l'ordre public, fut placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Après un séjour d’un mois, elle bénéficia d'un relax suite à une décision présidentielle. Arphine Helisoa, une autre journaliste poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine à l'encontre de la personne du Président de la République, séjourna trente jours à Antanimora. Elle retrouva également sa liberté grâce à un geste du Président Rajoelina Andry.

A bout portant

AutoDiff