Publié dans Editorial

Naina, à l’aise

Publié le dimanche, 10 novembre 2019

Le candidat n°4 présenté par l’IRD ou l’IRK, Naina Andriantsitohaina alias Naina, sort gagnant du débat du vendredi 8 novembre à l’Hôtel de Ville à Analakely. Le personnel de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) en coordination avec la presse locale a organisé un face-à-face entre les cinq candidats en lice pour l’élection du maire à Antananarivo prévue pour le 27 novembre 2019. Une initiative louable que le personnel de la CUA ainsi que les différentes sensibilités qui le composent tenaient à le faire pour avoir une idée réelle des cinq prétendants engagés.

 

Selon des avis partagés entre des observateurs différents, le débat  a été particulièrement instructif et révélateur, à plus d’un titre, sur la personnalité et sur la capacité personnelle de chaque candidat. C’était l’occasion offerte à chacun de surmonter l’obstacle ou à affronter un problème donné. Au-delà des questions classiques soumises et préparées préalablement, il existe toujours des questions « imprévues » nécessitant une réponse du tac au tac. Et c’est justement là que la vraie valeur ou la compétence du candidat serait à l’épreuve. Un candidat qui ne maitrise pas son égo pour aborder un sujet parfois fâcheux ou ne réussit pas à le contourner techniquement figurera sur la liste des perdants. L’audience toute ouïe au déroulement du débat ne manquera pas de le disqualifier d’office. D’ailleurs, on peut d’ores et déjà anticiper que pour la plupart des gens présents et participants à  l’audience, le choix se profile nettement à l’horizon.

A observer de près l’allure du débat, il en ressort un constat indubitable que le poulain de l’IRD, Naina Andriantsitohaina, se détache du lot. Des cinq candidats débatteurs, il n’y a pratiquement qu’un seul qui émerge à la surface, à savoir Naina. A l’aise, il a su déjouer les pièges tendus de tous les côtés. Entre autres, le candidat Tim Rina qui tentait, à plusieurs reprises, de lui déstabiliser en lançant en pleine figure des piques défiant la loi sinon la logique du fair-play. Seulement Naina, maitre de lui et sûr de la maitrise des dossiers, rétorque avec une certaine aisance.  Et le public apprécie favorablement la prestance du Monsieur.

Le débat du vendredi a aussi permis  d’évaluer à sa juste… valeur le poids intellectuel et pratique de chaque candidat, en particulier les trois autres « concurrents » qui, au final, amusent la galerie. En effet, Eliace n° 1, Alban n°3 et Feno n°5 sont obligés de jouer malgré eux le rôle de figurants face au duel à … mort entre Rina n° 2 et Naina n°4. Et même ensemble les quatre ne font pas le poids vis-à-vis de Naina dont la percée auprès de l’opinion autrement dit les électeurs ne fait plus l’ombre d’un doute.

Naina Andriantsitohaina, animé d’une conviction profonde et d’une volonté intacte de porter secours à une ville délabrée, a parcouru « à pieds », s’il vous plait, les coins et recoins d’Antananarivo et cela, plus d’une fois. Quartier par quartier, Fokontany par Fokontany, il est allé voir les gens là où ils sont pour les écouter et prodiguer de petits conseils et  s’engage, à travers le « Veloran’Iarivo » les remèdes et les solutions à apporter.

Naina, à l’aise, ne promet point la lune mais s’engage à traduire en actes, au moment opportun, les « Velirano ».

Ndrianaivo

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff