Publié dans Politique

Relance économique après Covid-19 - L’Etat révèle le plan multisectoriel d’urgence

Publié le mercredi, 17 juin 2020

Conformément à son annonce lors de l’intervention sur la chaîne nationale, dimanche dernier, le Président Andry Rajoelina a reçu les membres du secteur privé, hier au palais d’Etat d’Iavoloha.  Pour cette première réunion, le Président a rencontré le patronat issu des grandes entreprises tandis que les responsables de PME et PMI seront reçus la semaine prochaine. Le Premier ministre Ntsay Christian ainsi que les membres du Gouvernement étaient aux côtés du numéro un de l’Exécutif lors de cette « réunion essentielle à la relance économique » du pays qui fait face à une situation de crise sans précédent au même titre que tout autre pays dans le monde. Il n’est plus à rappeler que la crise liée à la propagation du Covid-19 a grandement fragilisé la situation sociale du pays tout en ralentissant l’économie. Du coup, la croissance économique tant espérée pour cette année n’a pas eu lieu.
Dans son discours, le Président a d’emblée souligné que « l’Etat a entendu les cris de détresse du peuple malagasy et l’appel des opérateurs malagasy. Nous comprenons la situation dans laquelle l’économie malagasy et ses opérateurs se trouvent. » Il n’a pas manqué de réitérer que les opérateurs constituent les acteurs indispensables voire le moteur de l’économie.
Requêtes multiples
Le Président a rappelé les mesures prises aux premières heures par le régime comme la fermeture des frontières et la restriction des vols intérieurs. A cela s’ajoutent les nombreuses dispositions prises pour soutenir le secteur privé comme le report de paiement des impôts et taxes, le report de la déclaration et du paiement des taxes synthétiques, le report du paiement des contributions aux caisses de sécurité sociale et de santé pour les employeurs ainsi que la suspension des contrôles fiscaux et avis aux tiers détenteurs.
Entre autres requêtes, les opérateurs, à travers le président du FIVPAMA (Fivondronamben’ny Mpandraharaha Malagasy), Andrianavalomanana Razafiarison, ont formulé la demande en vue de la suppression des impôts et taxes où tout au moins d’un échelonnement dans le délai de paiement de ces différentes charges. Le patronat a aussi évoqué la situation de précarité des employés tout en faisant part de la nécessité d’une aide au profit des travailleurs surtout ceux sujets au chômage technique, l’organisation d’un dépistage massif ainsi que la distribution du tambavy Covid-Organics.
Mesures fiscales et monétaires
En guise de réponse l’Etat a, d’ores et déjà, révélé les grandes lignes du plan multisectoriel d’urgence, pour appuyer le relèvement social et économique du pays, exposé au cours de la rencontre. Ledit plan fait état de mesures fiscales et monétaires atténuant les effets de la pandémie  au profit des secteurs du tourisme, du transport aérien et des entreprises franches. Ces secteurs bénéficieront d’une suspension des acomptes provisionnels pour les impôts et taxes et d’un report au 15 août 2020 des déclarations de paiement. Les déclarations et paiement de l’impôt synthétique sont aussi reportés jusqu’au 15 août, de même que les contrôles fiscaux et les avis aux tiers détenteurs qui sont suspendus jusqu’à la même date. Le rapatriement de devises à hauteur de 80% sans pénalité est également autorisé.
En outre, l’Etat malagasy, à travers son programme de financement aux entrepreneurs Fihariana et par le biais de la Banque centrale, a décidé d’apporter un soutien financier d’urgence sous forme de 3 lignes de financement. En premier lieu, le prêt « Miarina » inscrit dans le programme Fihariana prévoit un montant de 50 milliards d’ariary pour les entrepreneurs malagasy. La 2ème ligne met à disposition des PME et PMI, 150 milliards d’ariary soit 40 millions de dollars pour permettre aux entreprises d’effectuer un emprunt à taux bonifié à 10%. Ce fonds spécial est prévu profiter à plus de 20 000 PME et PMI. Quant à la 3ème ligne, elle met à disposition un montant total de 80 milliards d’ariary d’une maturité d’un an.
La Rédaction


Fil infos

  • Sècheresse - Une responsabilité collective
  • Base Toliara - Le manque de communication comme problème de fond
  • Mutinerie à la prison de Farafangana - Le ministre de la Justice donne carte blanche aux sénateurs
  • Période de sécheresse intense - Tout l'océan Indien touché!
  • Mise en place d’une commission d’enquête au Sénat - La dernière tentation de … Rivo Rakotovao & Co
  • Projets présidentiels en éducation - 15 écoles « manara - penitra » opérationnelles, 59 autres à construire !
  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff