Publié dans Politique

Affaire des bonbons sucettes à 8 milliards d’ariary - Plusieurs hauts responsables du MENETP placés sous MD

Publié le vendredi, 19 juin 2020


Déférés au Parquet du Pôle anti-corruption des 67Ha hier, huit personnes dont des hauts responsables au niveau du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel (MENETP), des complices et des fournisseurs ont été placés en détention préventive, a-t-on appris de sources judiciaires.
Les enquêtes liées à la lutte contre la corruption ont visiblement repris. Le Bureau Indépendant anti-corruption (BIANCO) vient d’achever les investigations dans le dossier concernant deux marchés lancés par le MENETP pour l’achat de bonbons pour un montant de huit milliards d’ariary et pour l’achat de savons de ménage et de bidons jaunes pour une valeur de cinq milliards d’ariary. Le dossier a alors été transmis au Pôle anti-corruption.
Selon une source proche du dossier, huit personnes dont de hauts cadres du MENETP et des fournisseurs ont été présentés au juge d’instruction près ladite juridiction. D’après les informations, mise à part l’ancienne ministre de l’Education nationale, le directeur général de l’Education fondamentale et de l’Alphabétisation (DGEFA), le directeur chargé des Affaires administratives et financières (DAF), la Personne responsable des marchés publics (PRMP) seraient impliqués dans l’affaire. D’autres noms sont également cités dans les enquêtes diligentées par le BIANCO, à savoir des responsables des entreprises qui ont bénéficié de ces marchés ainsi que d’autres complices qui ont permis la commission de ces infractions de grande envergure.
Ils ont été auditionnés pour des soupçons d’abus de fonction, de favoritisme, de corruption passive et active, de faux et d’usage de faux. Il s’agirait de l’affaire scandaleuse d’achat de bonbons sucettes pour 8 milliards d’ariary pour le compte du ministère de l’Education nationale. Cette affaire qui avait défrayé la chronique en fin du mois de mai dernier avait manifestement entraîné le limogeage de la ministre par le Président de la République, au début de ce mois. Outre le montant de la marchandise, les contours de l’attribution du marché de gré à gré avait attisé les soupçons.
D’après les explications, l’intervention des responsables compétents auraient empêché le paiement des dépenses qui auraient toutefois bel et bien été engagées par le ministère. Et ce, avant que les responsables auprès de ce département ne fassent machine arrière sous le poids des tensions occasionnées par le scandale. Un rétropédalage qui est arrivé trop tard car les procédures de la prestation ont été bel et bien entamées. D’ailleurs, les fournisseurs ont déjà livré une bonne partie des marchandises.
La Rédaction


Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff