Publié dans Politique

Retour au confinement - L’heure de se montrer tous responsables !

Publié le dimanche, 05 juillet 2020


Et rebelote ! Le Gouvernement a décidé un retour au confinement total face à la recrudescence des cas confirmés de Covid-19 dans la Région d’Analamanga à l’issue d’un Conseil des ministres spécial, samedi dernier. Dans une intervention détaillée sur la chaîne nationale, hier, plusieurs membres du Gouvernement ont exposé les tenants et aboutissants de l’application de ces nouvelles mesures.  D’emblée, il est difficile d’imputer ce regain de contamination du coronavirus aux dirigeants ou au peuple. Ce n’est pas le moment de rejeter la faute à qui que ce soit. Néanmoins, l’heure est venue pour tout le monde, les citoyens comme les autorités, de se montrer plus responsable car la lutte contre cet ennemi invisible qu’est le Covid-19 – on le dira jamais assez – est l’affaire de tous.
La responsabilité de l’Etat est d’assurer le bien- être de la population en facilitant l’accès aux services et besoins de base durant le confinement : nourriture, soins, etc. L’on s’attend donc à une meilleure organisation dans la réalisation de toutes les dispositions annoncées. Du côté des Forces de l’ordre, la rigueur et l’intransigeance sont fortement de mise pour passer le cap des 15 prochains jours avec succès. Force est, en effet, de constater que ce fut la présence des forces armées qui a contribué en grande partie à la baisse des cas dans la ville de Toamasina.
Un sens de la discipline à aiguiser
Certains affirment que les Malagasy ne sont pas suffisamment sensibilisés, d’où cette insouciance apparente face à la pandémie. D’après les mêmes hypothèses, cela expliquerait l’appréhension d’une partie des citoyens à appliquer les mesures barrières comme le port de masque, la limitation des sorties ou encore le respect de la distanciation sociale d’un minimum d’un mètre. Néanmoins, l’on ne peut s’empêcher de remarquer que le système du bouche à oreille montre encore son efficacité au sein de la société. A preuve, au lendemain même de la publication des informations sur le retour au confinement total, les commerçants ne sont jamais en décalage quand il s’agit de revoir à la hausse les prix des produits de première nécessité. Dès hier matin, les marchands se sont déjà hâtés d’effectuer une petite mise à jour de leurs prix, histoire de profiter un peu de la crise. A croire que les citoyens, les commerçants en l’occurrence, sont mieux informés que jamais et sont constamment à l’affût de la moindre nouvelle.
 L’application des gestes sanitaires devrait donc se faire de la même manière. Il ne faut pas attendre les sanctions pour se protéger et interpeller les autres à en faire autant. La fin ou la prolongation de la période de reconfinement  total dépendra ainsi du sens de responsabilité de tout un chacun. Rester dans un climat de peur ou avancer avec précaution et auto – discipline ? La balle est dans notre camp !
La Rédaction

Fil infos

  • Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison
  • Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentaires du CCO
  • Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !
  • Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables
  • Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois
  • Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien
  • Etat d’urgence sanitaire - Allègement du confinement à Analamanga - Rapatriement des Malagasy bloqués à l’étranger - Ouverture conditionnée de Nosy Be au tourisme international - Plan social pour les employés du secteur privé
  • Concentrateurs d’oxygène importés - Le Président réceptionne la première livraison à Ivato
  • Collectif des opposants - Un mouvement mort-né !

La Une

Editorial

  • Du bluff à la farce
    De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le…

A bout portant

AutoDiff