Publié dans Politique

Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles

Publié le jeudi, 09 juillet 2020

« Vous êtes un journaliste et vous êtes censé être au courant de l’information. Toutes les activités s’arrêtent à partir de midi, la presse ne fait pas exception ». C’est ainsi que s’est exprimé, avant-hier mercredi à 19h15, un des militaires préposés au barrage érigé au niveau de la RM1 (Andohan’Analakely) lorsque nous lui avons décliné notre fonction ainsi que la raison de notre déplacement à cette heure de la soirée. Et l’on aura beau essayer de lui faire entendre raison, rien n’y fit. L’homme en uniforme, d’un ton sec, nous somma d’aller voir ailleurs avant de tourner talon.
Les instructions émanant des hiérarchies auraient-elles été mal répercutées aux hommes sur terrain, ou serait-on en présence  d’excès de zèle ou d’abus d’autorité de la part de ces derniers ? Nul ne le sait. Toujours est-il que de telles situations sont loin d’être isolées et s’observent dans différents quartiers de la Capitale et à différentes périodes de la journée.
Et certaines scènes en viennent même à être cocasses, tant elles dépassent parfois l’entendement. Personne, par exemple, n’a compris pourquoi, à un moment de la journée où la circulation automobile est encore autorisée,  l’accès direct au rond-point devant le Sénat (en venant d’Andrefanambohijanahary) a été obstrué par un engin blindé et les automobilistes invités à monter sur le trottoir pour revenir dans la chaussée juste après avoir contourné ledit  véhicule militaire (!). De même, beaucoup ont été surpris, le premier jour du retour du confinement, par le barrage érigé au beau milieu de la matinée à Ampitatafika (un quartier périphérique, mais toujours dans la Région d’Analamanga), provoquant ainsi un embouteillage monstre de véhicules en tous genres et ce, alors que tout rassemblement, même de moins de 50 personnes, venait d’être de nouveau interdit.
D’une manière générale, dès le début de l’après-midi, de tels barrages se rencontrent dans le quotidien ici et là à Antananarivo (Ronds-points d’Ambohidahy et d’Antanimena, pour ne citer que ceux-là) et tout semble laisser croire qu’ils ont pour unique objectif de jouer sur les nerfs des usagers de la route, ceux-là mêmes qui, pourtant, sont encore autorisés à circuler.  Ces derniers sont en effet contraints d’effectuer de longs et tortueux détours inutiles pour arriver à destination, alors que celle-ci, dans certains cas, n’est qu’à quelques centaines, voire dizaines de mètres du blocage. Détail significatif, dans bon nombre de cas, ce sont  les militaires eux-mêmes qui indiquent la déviation à prendre pour contourner leur propre barricade. C’est pour dire que la finalité est seulement de rendre la vie difficile aux malheureux automobilistes, pour ne pas dire d’… énerver ceux-ci. Ce qui, il faut bien le reconnaître, n’est pas pour contribuer à détendre une atmosphère déjà stressant pour tout le monde.
A signaler cependant un rayon de soleil dans ce tableau obscur des barrages de la Capitale.  Celui offert par un militaire posté à Ambalavao Isotry qui, au vu du macaron officiel « Presse » dont est estampillé notre véhicule, ainsi que de notre carte professionnelle de journaliste, nous adressa un salut cordial gratifié d’un « Omen-dàlana am-panajàna ianao ». C’était également avant-hier mercredi à 15h30.
La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff