Publié dans Politique

Lutte contre la Covid-19 - Quid du sens de la responsabilité citoyenne ?

Publié le vendredi, 07 août 2020


La crise sanitaire liée à la Covid-19 atteint son paroxysme à Madagascar. Le nombre de nouveaux cas positifs dépasse la centaine voire plusieurs centaines par jour. Le Gouvernement a décidé de prolonger, pour la énième fois, l’Etat d’urgence sanitaire. Une mesure qui s’accompagne de plusieurs mesures restrictives comme l’interdiction de circuler la nuit (à partir de 8 heures jusqu’à 4 heures du matin) conformément au couvre – feu, l’interdiction de rassemblement, la défense de sortie ou de circulation en dehors des limitrophes de la Région pour le cas d’Analamanga, en l’occurrence.
D’autre part, les mesures d’accompagnement destinées à alléger les impacts socio – économiques de la crise ont été appliquées comme la distribution  d’aides sous forme d’argent ou de produits de première nécessité (PPN) et ce depuis l’annonce des premiers cas de contamination du virus dans la Grande île. En partie, l’Etat a pris ses responsabilités bien que la concrétisation soit encore loin de la perfection et beaucoup reste encore à améliorer. Mais la fin du cauchemar ne sera pas encore pour demain si les citoyens ne sont entièrement impliqués ou si certains s’entêtent encore à vouloir transgresser l’ordre établi.
Devoir d’interpellation ou de dénonciation
Aujourd’hui, le pays se trouve dans une période où le sens de la responsabilité citoyenne est fortement sollicité. C’est ce sens de la responsabilité qui devrait, en effet, dicter chaque citoyen afin de respecter les gestes barrières et les autres dispositions imposées par l’Etat ou de rappeler ses concitoyens en vue de faire respecter lesdits gestes. Dans la rue ou au marché, chacun devrait avoir l’audace de faire un rappel à l’ordre ou interpeller une personne (un marchand ou un acheteur) à porter le masque correctement ou à en porter un tout simplement. Cette même responsabilité donne également le droit à chaque citoyen de dénoncer sans la moindre hésitation des cas d’injustice, de détournement ou de corruption liés à la gestion des équipements, médicaments ou des fonds alloués à la lutte contre le coronavirus.
Dernièrement, les membres de la Société civile se sont rués dans la rédaction et la publication des déclarations qui font office d’interpellation de l’Etat pour une meilleure transparence dans la gestion des fonds destinés à la lutte anti – Covid-19. Malheureusement, aucune des principales Ong ou autres associations à Madagascar ne s’est démarquée en faisant des campagnes de sensibilisation pour l’hygiène, le lavage des mains auprès de la population, ou autres mesures d’hygiène par exemple. C’est pourtant le moment ou jamais pour ces différentes entités d’attirer l’attention des citoyens sur leurs responsabilités en tant qu’acteur clé dans cette lutte contre l’ennemi invisible qu’est la Covid-19.
Pareil, des politiciens qui affirment être de l’opposition sont les premiers à critiquer les actions du pouvoir en place pour lutter contre la Covid-19 mais sont pourtant étrangement absents du terrain des actions. Des partis tels que le Tiako i Madagasikara, notamment, passent le plus clair de leur temps à dénigrer les actions du régime, quitte à se dédire lui-même… Récemment, ce parti a affirmé avoir été mis de côté par le Gouvernement alors qu’il était prêt à apporter son aide. Une affirmation qui a fait rire plus d’un observateur averti de la vie politique malagasy. Faut-il en effet rappeler que ses députés avaient soutenu de but en blanc ne vouloir participer de quelque manière que ce soit aux efforts du Gouvernement pour distribuer les aides sociales, au début de la crise sanitaire à Madagascar, à cause d’un manque de transparence dans la gestion des fonds destinés à la lutte contre la Covid-19. En temps de guerre, le plus important n’est pas de demander d’où vient l’arme qu’on utilise mais de l’utiliser pour vaincre l’ennemi, affirmait à ce sujet un citoyen lambda…
La Rédaction

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff