Publié dans Politique

Dépréciation de l’ariary par rapport à l’euro - « Aucun impact significatif sur le niveau des prix intérieurs »

Publié le mercredi, 09 septembre 2020

4503 ariary. C’est la valeur de 1 euro selon le cours de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM) hier. Cette dévaluation continue de la monnaie nationale depuis le début de la pandémie inquiète la population dans la mesure où des économistes ont avancé une éventuelle hausse du taux d’inflation. Pourtant, ce n’est pas le cas selon la BFM.

 

« Du 1er janvier au 1er septembre 2020, dans une conjoncture économique négativement impactée par la pandémie de Covid-19, l’ariary s’est déprécié de 11,4 % par rapport à l’euro et de 3,9% par rapport au dollar américain. La forte appréciation de l’euro contre le dollar a amplifié cette dépréciation. En effet, le cours de 1,0 euro était de 1,0750 dollar en mars et est monté à 1,1960 dollar le 1er septembre soit une dépréciation de 11,25% du dollar par rapport à l’euro au niveau international. Ce qui a évidemment impacté fortement sur la parité entre l’euro et l’ariary. Etant donné la prédominance des opérations de paiements libellées en dollars à hauteur de 64,2%, à court et moyen terme, la dépréciation de l’ariary par rapport à l’euro n’impactera pas significativement le niveau des prix intérieurs », note l’institution financière dans son communiqué, hier. En plus, de juillet 2019 à juillet 2020, les prix ont augmenté de 4,0%. 

Il n’y a donc pas lieu de parler d’une inflation importée de la zone euro.

Fixe ou flottant ?

Face à la chute effrénée de l’ariary, des idées ont alors émergé au cours des derniers mois sur le basculement vers le taux de change fixe au lieu de flottant. Comme cela, la Grande île détermine le cours de devises pour éviter la fluctuation. On peut prendre par exemple 1 ariary équivaut à un euro. Mais ce scénario reste impossible à réaliser selon la BFM. « Les réserves officielles de change dont dispose la banque se chiffrent à 2003 milliards de dollars.  A ce jour, il n’y a pas lieu de suspendre le Marché Interbancaire de Devises ni le régime de change flottant car Madagascar n’a pas les réserves de devises susceptibles de soutenir un régime de taux de change fixe. Sans ce soutien, un taux arbitrairement bas de l’ariary, ne reflétant pas les fondamentaux économiques, entraînerait immanquablement la raréfaction des devises et leur rationnement, ce qui nous ramènerait aux marchés parallèles des années 80 et leur taux de change bien plus élevés que le taux de change officiel ».

Solange Heriniaina

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff