Publié dans Politique

Souveraineté nationale - Madagascar veut délimiter son territoire maritime

Publié le jeudi, 08 octobre 2020


Le communiqué du Conseil des ministres de mercredi dernier a fait savoir que l’Etat va entreprendre des travaux de levés sismiques marins dans le but de délimiter son territoire maritime dans l’océan Indien.
Les levés sismiques permettent de cartographier le plancher océanique. Ils mesurent l’épaisseur des sédiments. Cette méthode consiste à projeter des ondes sonores dans les sédiments et la colonne d’eau. Une partie de l’énergie de ces ondes sonores est réfléchie par le plancher océanique et une partie pénètre sous le plancher océanique pour être réfléchie par diverses couches géologiques.
Le communiqué du Conseil des ministres n’a pas donné de précisions sur « qui » va effectuer ces levés sismiques. Mais l’on n’est pas sans savoir que l’administration dispose d’une direction de la planification spatiale marine et du Foiben’ny Taosaritanin’i Madagasikara (FTM) rattachés auprès du ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics, ainsi que d’un service de la planification spatiale marine rattaché auprès du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche.
Ces levés sismiques constitueront alors un dossier que Madagascar déposera auprès de la Commission des limites du plateau continental. Toujours selon le communiqué du Conseil des ministres, le dossier y afférent sera déposé auprès de ladite commission avant la fin de l’année. Une course contre la montre est donc lancée pour que cette extension reçoive l’onction de la communauté internationale, notamment les pays riverains.
A titre d’information, plus d’une trentaine de pays ont déjà effectué ce genre de procédure. En 2015, le Canada a réalisé 20 levés dans les océans Atlantique et Arctique pour cartographier la topographie du plancher océanique et l’épaisseur des dépôts sédimentaires. Pour ce faire, il a mis à profit des données existantes provenant de diverses sources.
Protection de la souveraineté nationale
Le Président de la République Andry Rajoelina ne démord pas dans son ambition de protéger la souveraineté nationale comme la prunelle de ses yeux. L’aboutissement de ce projet permettra d’accroitre le territoire maritime de Madagascar. Pour rappel, Madagascar dispose d’une zone économique exclusive d’une superficie de 1 140 000 km2. C’est le double de sa superficie, ce qui lui place au troisième rang, après les Seychelles et La Réunion dans l’océan Indien.
Outre l’extension du territoire maritime, l’on peut supposer que la restitution des Nosy Malagasy fait partie intégrante de cette stratégie. Une fois le dossier constitué et ayant l’onction de la Commission des limites du plateau continental, l’on peut sans conteste supposer que les Nosy Malagasy figureront dans le territoire maritime de Madagascar, lui permettant par la même occasion de procéder à l’extension de son territoire maritime par le biais de ces Nosy Malagasy.
D’ailleurs, en cas de conflit éventuel avec des pays tiers, ce dossier de levés sismiques constituera une arme sous la manche de Madagascar. Le différend pourra être porté devant plusieurs tribunaux, soit devant un tribunal arbitral choisi d’un commun accord entre les pays en différend, soit devant le tribunal international du droit de la mer créé par la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, soit enfin devant la Cour Internationale de Justice.

Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff