Publié dans Politique

Escroquerie de haut vol - Quatre affaires sur la tête du protocole et de la conseillère technique parlementaire

Publié le jeudi, 08 octobre 2020


220 millions d’ariary. C’est la somme obtenue par un chef protocole, R.T, et A.H.S. sa complice, une assistante parlementaire, auprès des opérateurs économiques à qui ils ont promis des marchés publics.
Appréhendés mardi matin dans un grand hôtel à Anosy, ils subissent depuis les enquêtes au sein de la Brigade criminelle où quatre dossiers les concernant y sont traités par autant de sections. Ce couple d’arnaqueurs est accusé d’abus de fonction, extorsion de fonds et escroquerie au stade de l’enquête mais ces chefs d’inculpation pourraient changer au fil des enquêtes et des plaintes qui arrivent au compte-gouttes à Anosy. Une fois leur arrestation connue du public, presse et réseaux sociaux, d’autres victimes se seraient déplacées à la Brigade criminelle pour y déposer des plaintes. Gardés à vue dans le local de cette entité de la Police nationale, le chef protocole et l’assistante parlementaire passeront ensuite devant le Parquet pour être entendus par le juge d’instruction qui décidera de leur sort une fois l’enquête judiciaire achevée.
Le chef protocole exerçait auparavant au ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures au temps du ministre Vonjy Andriamanga, actuel Dg de la JIRAMA. Le successeur par intérim de ce dernier à la tête de ce département ministériel l’a ensuite limogé quelques jours seulement après sa prise de fonction. C’est au niveau de ce ministère que ce chef de protocole se serait vanté comme Personne responsable des marchés publics (PRMP) ou directeur technique, en fonction du statut des « victimes » contactées. Il a fait miroiter à ces dernières l’existence d’un budget de 6 millions $ au sein du ministère pour l’amélioration et la réhabilitation de la JIRAMA. Des gros chantiers en vue et en contrepartie de l’obtention du marché, les opérateurs devront débourser une somme conséquente. Les victimes n’ont vu que du feu alors qu’elles auraient déjà effectué le paiement demandé. Lasses d’attendre, les victimes ont fini par porter plainte auprès des autorités avec l’issue mentionnée plus haut.
D’après les informations, c’est A.H.S. qui contacterait les opérateurs cibles à présenter à R.T. Cette dame a été nommée récemment conseillère technique non-permanente d’un député et a obtenu le mois dernier sa carte professionnelle à l’Assemblée nationale. « C’est vrai qu’elle est ma conseillère technique depuis deux mois mais je ne suis pas du tout au courant de cette affaire. Je vais me renseigner auprès des enquêteurs mais quoi qu’il en soit, son limogeage me parait inéluctable, je le ferai même dès demain (ndlr : ce jour) », rétorque le député-employeur de la complice de R.T. qui avoue avoir fait un mauvais casting.
L’enquête policière n’est encore qu’à ses débuts, on saura un peu plus si d’autres personnalités sont mêlées de près ou de loin dans cette escroquerie perpétrée par ce chef protocole et cette conseillère technique parlementaire.
La rédaction



Fil infos

  • Déplacement du Président dans le Vakinankaratra - Soutien au secteur agricole et à la lutte anti – Covid-19
  • Parlementaires - Volume de travail augmenté
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar mise sur une vaccination ciblée
  • Lalatiana Andriatongarivo - Appel à la responsabilisation accrue des journalistes
  • Crise sanitaire - Prolongation de l'état d'urgence - Fermeture de trois autres Régions avec Analamanga, Atsinanana et SAVA - Réouverture de Boeny et Nosy Be - Reprise des cours pour les élèves en classe d'examen
  • Liberté de la presse à Madagascar - Un grand saut qualitatif mais…
  • Sénat - Des dons pour le personnel de santé et les patients
  • Vaccins anti-Covid - Que cela soit facultatif et non obligatoire !
  • Haute Cour constitutionnelle - Florent Rakotoarisoa élu président à l’unanimité
  • Exploitation de béryl à Amparafaravola - Suspendue depuis mercredi
Pub droite 1

Editorial

  • « Rends à César… ! »
    « Rends à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ! » En retour à une question « Maitre, doit-on payer des impôts et des taxes à César ? » On ne s’attendait guère à ce que le maître Jésus allait répondre ainsi. Une douche froide ! Les Juifs, étant sujets de l’empire romain, croulaient au même titre que les autres sous le poids des impôts et des taxes divers exorbitants que le tyran de Rome prélevait. Ainsi, ils espéraient avoir à travers la réponse de Jésusun signe de compassion ou plutôt une incitation à la désobéissance à l’autorité de l’empereur. Négatif, il faut rendre à César ce qu’on lui doit !Au-delà du débat inédit du dimanche (2 mai 2021), force est de reconnaitre que les tenants du régime se sont pliés en quatre et cela pour le besoin de la transparence, de…

A bout portant

AutoDiff