Publié dans Politique

Assemblée nationale - Le calme plat

Publié le mercredi, 28 octobre 2020


3 dossiers sur 12 de la Haute Cour de justice(HCJ) seront examinés en séance plénière par les députés, le 17 novembre prochain. Mais il règne un calme plat à l’Assemblée nationale. Les députés sont, en effet, retournés dans leurs circonscriptions respectives pour préparer les sénatoriales.

La Constitution prévoit que la seconde session ordinaire du Parlement est principalement consacrée aux discussions et au vote de la Loi de finances initiale. Mais cela n’empêche pas pour autant que d’autres travaux se fassent. Des projets ou proposition de loi peuvent être adoptés par les parlementaires. Mais l’évènement le plus attendu, lors de cette session, est le comportement de l’Assemblée nationale qui examine les dossiers transmis par la HCJ.
12 dossiers ont été transmis par la HCJ à la l’Assemblée nationale jusqu’à maintenant. Depuis le début de cette session, la commission spéciale sur les dossiers de la Haute Cour a effectué des travaux. Le président de cette commission, le député Tsabotokay Honoré élu à Vohipeno, a expliqué que 3 dossiers ont été examinés par les membres.
Les membres de la commission ne jugent pas l’affaire ni le dossier. Ils examinent toutes les pièces pour en présenter un rapport des travaux de commission. Il appartient à la séance plénière de donner ou non l’autorisation de mise en accusation devant la Haute Cour. L’article 131 et 133 de la Constitution disposent que la mise en accusation est donnée par l’Assemblée nationale.
Jusqu’à maintenant, l’on ignore l’identité des personnalités politiques inscrites dans ces dossiers.  Mais selon les indiscrétions, des ministres du précédent régime seraient impliqués dans ces dossiers. Plus encore, plusieurs ministres pourraient même être mêlés dans un seul dossier. Le rapport des travaux de commission en dira plus le 17 novembre prochain. Ce jour-là, en effet, les députés vont voter l’autorisation de mise en accusation devant la HCJ.
Dans le cas où l’autorisation serait accordée, la HCJ procède alors à toutes les enquêtes nécessaires pour l’instruction du dossier. Les auteurs présumés seront traduits devant cette Haute Cour de justice dont c’est le premier test. Un test qui prouvera si les hautes personnalités politiques justiciables, devant cette Haute Cour, vont bel et bien être traduites en justice. Une preuve que l’Etat de droit est une réalité à Madagascar.
Mais actuellement, un calme plat règne au sein de la Chambre basse. Elle est même déserte puisque la grande majorité des députés sont retournés dans leurs circonscriptions respectives. Ils sont en effet l’un des acteurs principaux des futures élections sénatoriales. Beaucoup de députés ont des maires et des conseillers municipaux dans leurs girons. Leur soutien pour une liste de candidats est donc très suscité actuellement.
Questionnés sur ces dossiers, deux députés ont expliqué que jusqu’à maintenant il n’y a aucun consigne de vote pour le 17 novembre prochain. Mais la situation pourrait évoluer à l’approche du scrutin. Il faut en effet la majorité absolue des membres de l’Assemblée nationale pour que l’autorisation de mise en accusation soit adoptée lors d’un scrutin public.

Fil infos

  • Concrétisation des « Velirano » - Une volonté présidentielle intacte à toute épreuve !
  • Kere dans le Sud - Le Gouvernement opte pour des solutions radicales et maximales
  • Peste bubonique - Cinq décès à Morarano Gara
  • Exportation illicite - 15 kilos d'or interceptés par les autorités
  • Projet Tana-Masoandro - Le site idéal a toujours été Imerintsiatosika
  • Rapatriement de devises - 3250 sociétés en situation d'irrégularité
  • Lutte contre le Kere dans le Sud - Les partenaires techniques et financiers derrière le régime
  • Coopération Madagascar – Nations unies - Un plan cadre pour la période 2021 – 2023 en gestation
  • Sénatoriales - La liste IRMAR lance sa campagne
  • Projet Ambatovy - Production de 3000 tonnes de nickel au cours du premier trimestre 2021

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff