Publié dans Politique

Mise en accusation de ministres à la HCJ - Accouchement difficile à l’Assemblée nationale

Publié le mardi, 24 novembre 2020

Statu quo. Les anciens ministres soupçonnés d’implication dans des dossiers actuellement en cours d’examen à l’Assemblée nationale doivent attendre encore quelques temps pour être fixés sur leur sort. Leurs dossiers n’ont pas encore été bouclés par la commission spéciale de mise en accusation auprès de la Haute Cour de Justice. Après un premier report d’une semaine, la séance de présentation des rapports des travaux de commission ainsi que l’examen et le vote d’une proposition de résolution de mise en accusation ont de nouveau été reportés. Actuellement, 4 dossiers concernant 4 ministres sont instruits par la commission spéciale au niveau de Tsimbazaza.

Toutefois, un ministre sur les quatre seulement a été entendu par ladite commission tandis que trois autres se sont fait représenter par leurs avocats (voir article par ailleurs). Pourtant des dossiers sont encore en instance au niveau de Tsimbazaza. Des dossiers qui, selon un document qui circule sous le manteau actuellement, concernent notamment 8 autres anciens ministres du précédent régime. Des dossiers en provenance du Bureau indépendant anti-corruption, transmis à la présidence de l’Assemblée nationale par le Parquet de la Haute Cour de Justice dans le cadre de la procédure de mise en accusation. 

Parmi les anciens dignitaires de l’ancien régime, dont des dossiers les concernant sont ainsi en instance au niveau de la Chambre basse, figurent notamment Rivo Rakotovao, ancien ministre du MEPATE ; Rasoloelison Lantoniaina, ancien ministre de l’Energie ; Andriatiana Jacques Ulrich, ancien ministre des Travaux publics ; Razafindravonona Jean, ancien ministre des Finances ; Andriamosarisoa Jean Anicet, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports ; Botomanovatsara, ancien ministre des Travaux publics ; Ramparany Ramanana Anthelme, ancien ministre de l’Elevage, et Rakotoarimanana François Gervais, ancien ministre des Finances et du Budget. Notons ici que ces personnes sont présumées innocentes jusqu’à une éventuelle condamnation. En tout cas, elles sont happées dans des affaires de corruption et assimilées, telles qu’abus de fonction, de faux et usage de faux, de corruption active, de corruption passive, de complicité d’évasion, de détournements de deniers publics, de favoritisme, de trafic d’influence, de favoritisme et de recel.

La rédaction

Fil infos

  • Vie politique - Le Malagasy Miara-Miainga en plein essor
  • Pression au sein de l’Exécutif - Mise à l’épreuve prolongée pour le Gouvernement Ntsay
  • Sénat - Imbiki Herilaza et Nicolas Rabemananjara, vice-présidents
  • Nombre excessif de collaborateurs - La HCC recadre les nouveaux sénateurs
  • Opposition au Sénat - « Une disposition illogique »
  • Contrat de location auprès de la compagnie STA - Démenti du ministère de l’Economie et des Finances
  • Etats – Unis - Investiture sous haute protection pour le Président Joe Biden
  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Esprit de fidélité
    L’état d’esprit, c’est la base de tout. Avoir un état d’esprit intègre, c’est mieux. Mais savoir entretenir, en soi, un esprit de fidélité, c’est excellent ! En ces temps-ci, il est très rare de rencontrer quelqu’un de fidèle surtout au niveau des dirigeants ou des leaders. La noblesse d’esprit basée surtout sur la fidélité se fait très rare voire introuvable. Le déclin de la mentalité sociale se fait sentir et se constate à vue d’œil. Il résulte de l’absence totale de l’esprit de fidélité dans les relations entre humains (entre amis, entre époux, entre dirigeants et administrés, etc.). Etre fidèle à son principe, à sa promesse ou à ses engagements devient, par la force du temps, chose obsolète ou révolue ! On a honte, parfois, d’être fidèle. La trahison sinon la traitrise ou la félonie règnent dans notre société, dans le pays. Trahir devient chose courante, une mode, une tendance …

A bout portant

AutoDiff