Publié dans Politique

Sénat de Madagascar - Qui sera son neuvième président ?

Publié le mardi, 15 décembre 2020

Qui sera le successeur de Rivo Rakotovao à la tête du Sénat en devenant son neuvième président ? La question se pose déjà après le vote du 11 décembre à l’issue duquel la plateforme IRD et le parti MMM ont raflé les douze sièges attribués à chacune des six Provinces de l’île. Le président Andry Rajoelina nommera incessamment les six autres membres de la Chambre haute du Parlement pour ramener le nombre de sénateurs de Madagascar à dix-huit aux termes de la nouvelle loi régissant cette institution.
Depuis la naissance de la République le 14 octobre 1958 jusqu’à la fin de la Première République en 1975, trois hommes se succédaient à la direction du Sénat : Gabriel Rajaonson (1er juillet 1959-1er octobre 1960), Jules Ravony (1960-1963) et Siméon Japhet (1963-1968). Le Sénat passait à vide sous la Deuxième République (1975-1992). Il fut suspendu en 1972 sous le régime transitoire du général Gabriel Ramanantsoa et, en 1975, il fut supprimé pour toute la période de la Deuxième République.
La Constitution de la Troisième République adoptée en 1992 a prévu la réinstauration du Sénat. Mais ce dernier n’a pris effectivement ses activités qu’en mai 2001 sous la Constitution révisée de 1998. Sous la Troisième République, Honoré Rakotomanana (mai 2001-juillet 2002), Rakotomaharo Rajemison (juillet 2002-mai 2008) et Yvan Randriasandratriniony (mai 2008-décembre 2009) ont successivement tenu les rênes du Palais d’Anosikely.
Sous la transition (2009-2014), le Sénat a dû céder la place à la Haute autorité de la transition (HAT) dirigée par ses six vice-présidents. Ses activités ont été reprises par un Sénat avec des membres renouvelés à partir de 2016. Honoré Rakotomanana est revenu à la direction des affaires du Palais jusqu’à sa destitution déguisée au profit de Rivo Rakotovao en octobre 2017.
Huit hommes ont donc présidé le Sénat de Madagascar jusqu’ici. Ils ont tous la particularité d’être des hommes de confiance du Président en exercice au moment de leur accession à cette haute fonction de la République.
M.R.

Fil infos

  • 8 mars - Madagascar honore toujours ses femmes
  • Président Andry Rajoelina - « Que les forces des ténèbres soient vaincues »
  • Préfet de police d’Antananarivo - Le territoire de son ressort
  • Ministère de la Culture et de la Communication - Un tremplin vers la professionnalisation des artistes
  • Election du président de la Confédération africaine de football - La honte pour l’Afrique !
  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Journée des combattantes
    8 mars, jour-J ! « Journée internationale de la femme » ce jour. Journée de l'année spécialement dédiée aux réflexions, sinon à la mise pour la énième fois sur le plateau du débat relatif aux droits fondamentaux du genre féminin. L'ONU, Organisation des Nations unies, adopte en Assemblée générale en 1977 une résolution historique reconnaissant la date de 8 mars comme étant une Journée mondiale de la femme. Et que tous les pays membres épris de liberté et respectant les droits humains, notamment ceux de la femme ont le devoir voire l'obligation de consacrer ce jour-là à une réflexion approfondie et à organiser ainsi des manifestations officielles se rapportant sur les droits de la femme. Madagasikara tient, tous les ans, à rendre hommage à cette journée hautement symbolique.

A bout portant

AutoDiff