Publié dans Politique

Détracteurs politiques - Pourquoi tant de haine ?

Publié le dimanche, 27 décembre 2020


Le régime sous la présidence d’Andry Rajoelina marquera ses 2 années au pouvoir dans moins d’un mois. Comme chacun des régimes qui se sont succédé à la tête du pouvoir, le numéro un de l’Exécutif n’a pas échappé aux critiques. Certaines ont été émises à juste titre car visiblement constructives tandis que d’autres revêtent de la pure mauvaise foi et de la haine politique.
A titre d’exemple, le passage de la tempête tropicale Chalane dans la partie Est de Madagascar a laissé quelques marques sur la plage de Toamasina. Au lieu de s’inquiéter sur l’existence de dégâts matériels ou des sinistrés, beaucoup parmi les fervents détracteurs du régime ont trouvé un créneau pour pointer du doigt le projet « Miami » lancé par le Président de la République dans cette partie de l’île. Surfant sur la vague, ces derniers affirment que ce mauvais temps a anéanti le projet présidentiel alors que la réalité est tout autre. En effet, aucun dégât majeur n’a été signalé sur la côte est après le passage de Chalane.
Ce genre de manœuvre montre, une fois de plus, la mentalité de certains fanatiques politiques qui semblent se réjouir des malheurs qui s’abattent sur le pays afin de les transformer en armes politiques pour critiquer le régime.
Un Président déterminé
Malgré tout, le Président Andry Rajoelina est resté imperturbable durant ces deux années au pouvoir. D’ailleurs, au cours d’une cérémonie avec les membres du personnel de la Présidence, la semaine dernière, le Chef de l’Etat a déjà annoncé la couleur en évoquant le début des « grands chantiers » liés aux défis du développement qu’il a promis d’exécuter. Malheureusement, au fur et à mesure que le développement avancera sur la bonne voie, les critiques et autres attaques contre les dirigeants seront d’autant plus virulentes. Comme dit une expression chinoise : « On mesure une tour à son ombre et les grands hommes au nombre de leurs détracteurs ».
Pourquoi tant de haine alors qu’il s’agit d’une patrie commune ? Certes certains opposants au régime habitent à l’étranger et ne sont donc pas plus concernés par la réalité du pays, néanmoins pousser la mauvaise foi aussi loin est tout simplement honteux. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le débat politique tombe aussi bas.
Reste à espérer que ce genre de mauvaises pratiques politiques sera derrière nous une fois que le cap de l’année 2020 sera franchi et que la nouvelle année apportera plus de sagesse aux politiciens adeptes de débats stériles.
La Rédaction

Fil infos

  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !
  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
  • Fanirisoa Ernaivo - Quand la haine se déchaîne
  • Crédibilité de l’Opposition - De mal en pis !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La caravane passe !
    « Velirano » avance. En dépit des perturbations sciemment voulues et orchestrées par les « ennemis » du changement sinon du pays tout court, Rajoelina Andry et son équipe ne perdent pas le Nord encore moins le cap. Les travaux sur les chantiers suivent leur cours normal. Les « aboiements » n'ont pas ni ne peuvent pas empêcher la caravane de passer.

A bout portant

AutoDiff