Publié dans Politique

Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague

Publié le dimanche, 17 janvier 2021



L’Opposition sombre dans la provocation, les divagations et les affabulations. Maître Hanitra Razafimanantsoa, membre éminent de la principale plateforme d’opposition dans le pays, s’est empressée de dénaturer les faits et de transposer d’autres, créés par ses soins, en lieu et place des vrais, dans le cadre de l’affaire du trafic des 73,5 kg d’or. Les informations balancées sont totalement infondées et semblent être cousues à la main pour tenter d’avilir le régime.
Elle dit d’abord clairement que l’Etat malagasy, dans sa panique, aurait envoyé trois avocats en Afrique du Sud pour y décanter la situation. Une affirmation faite sans apporter aucune preuve pour étayer au minimum ses dires. Autrement dit, il ne s’agirait là que de véritables affabulations. Aucun avocat n’a été envoyé en Afrique du Sud par l’Etat malagasy. D’ailleurs, si ce dernier avait envoyé des avocats en Afrique du Sud, la presse locale en aurait largement fait état, ce qui n’est pas le cas. Si tant est que l’Etat malagasy avait réellement envoyé des avocats en Afrique du Sud, l’on se pose la question de savoir quel mal y aurait-il, d’ailleurs, à ce que l’Etat malagasy décaisse de l’argent, pour obtenir la restitution de ces richesses naturelles à Madagascar.
Dans le cadre de cette affaire, l’avocate affirme également qu’il s’agirait d’une affaire particulière et personnelle de la Présidence. Elle voudrait insinuer sans le dire que le Président de la République serait lié à cette affaire, voire qu’il serait le propriétaire de cet or. Encore une affirmation sans preuves et une diffamation gratuite de la part d’une avocate censée pourtant connaître la loi. Elle accuse en outre la Présidence d’avoir donné l’ordre au Pôle anti-corruption d’avoir fait placer en détention préventive la dizaine de personnes incarcérées dans le cadre de cette affaire jusqu’ici. Toujours sans apporter aucune once de preuve. Elle dit que ce serait pour éviter que ces « boucs émissaires » ne témoignent à charge contre l’Etat. La députée de Madagascar estime par ailleurs scandaleux que la plupart des prévenus soient envoyés à Tsiafahy, qui serait réservé, selon ses dires pour les criminels dangereux. Faudrait-il pourtant rappeler que le trafic illicite de ressources naturelles est un crime. Encore une fois, il s’agit de provocations simples de la part de cette avocate.
Le clou de cette provocation est quand elle affirme que les pilotes placés en détention préventive ont fait hier la fierté de leurs familles et sont brusquement envoyés en prison le lendemain. Maître Razafimanantsoa insinue ainsi que le fait d’être la fierté d’une famille est une raison suffisante pour garantir l’immunité à une personne. Même si une personne était la fierté de toute une Nation, la loi doit s’appliquer si elle dévie du droit chemin. Enfin, cette porte-parole de l’Opposition dit aussi que l’Etat américain suivrait de près cette affaire et que le pays de l’Oncle Sam a d’ailleurs envoyé un représentant en Afrique du Sud. Quelques recherches sur Internet suffisent pourtant à savoir que l’émissaire en question soit en Afrique du Sud dans le cadre d’une toute autre affaire.
A défaut d’avoir des choses crédibles à avancer, l’Opposition finit par sombrer dans des pratiques peu glorieuses et prend le risque de perdre le peu de crédibilité qu’il lui restait. Il faut se demander si le but que l’Opposition recherche dans la série de toutes ces déclarations n’est pas de susciter plus de haine en vue de pousser à la révolte. Pour des observateurs, en tout cas, l’Assemblée nationale devrait prendre des mesures contre les opérations de désinformation, de provocations menées par un de ses membres.
La Rédaction


Fil infos

  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !
  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • De Marc à Marco …
    Il n’y a qu’un pas à faire ! Plus précisément, un brin de cheveu à repérer ! Entre Marc Ravalomanana (MR) et Marc Randrianisa (MR), le même sigle, la ressemblance frappe trop du moins par un prénom drôlement identique « Marc » et dans le mode pensée ainsi que la manière d’agir bizarrement le même. Si le premier ne jure que par la chute du régime « Orange » autrement dit la mort politique de Rajoelina Andry, le second s’entiche à attenter à la vie (physiquement) de Rajoelina et à sa petite famille. Si le premier Marc, au nom d’une vengeance viscérale, se caressait discrètement l’idée de voir se réaliser son macabre projet et agissait ouvertement pour le concrétiser et cela depuis 2007-2009 tandis que le second Marc depuis 2009 couve l’idée diabolique d’abattre Rajoelina, lui et ses proches. Enfin, si le premier s’était « enfui » au pays de…

A bout portant

AutoDiff