Publié dans Politique

Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs

Publié le lundi, 18 janvier 2021

Le Président de la République Andry Rajoelina a nommé les six sénateurs restant qui complèteront la nouvelle Chambre haute. Parmi eux, l’on compte cinq hommes et une femme.

En se référant à l’article 81 de la Constitution qui lui confère le pouvoir de désigner des sénateurs de son quota « pour partie sur présentation des groupements les plus représentatifs issus des forces économiques sociales et culturelles et pour partie en raison de leur compétence particulière », le locataire d’Iavoloha a choisi. Le décret numéro 2021-060 portant nomination des membres du Sénat désignés par le Président de la République a été pris hier, soit la veille de l’ouverture de la session spéciale du Sénat.
Parmi les six sénateurs figurent trois magistrats. Il y a d’abord Imbiki Herilaza, actuel secrétaire général du ministère de la Justice, magistrat, fils d’Imbiki Anaclet, ancien ministre de la Justice. Avec lui suivent deux autres magistrats, en l’occurrence Randriamanantenasoa Landy Mbolatiana, la seule femme sénatrice désignée par le Chef de l’Etat, et Andrianandrasana Hajaniaina Tahiana. Ndremanjary Jean André, ancien ministre de l’Enseignement supérieur et ancien ministre des Sports durant la Transition, fait son grand retour sur le devant de la scène politique. Pareil pour Tsiebo Mahaleo Richard Victor, ancien député, ancien membre du Congrès de la Transition et dernièrement ancien directeur au niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports.
Qui sera le président du Sénat ?
Ramanambitana Richard Barjohn, leader de l’association Isika fikambanana miara-dia amin’ny Président Andry Rajoelina, et récent directeur de la communication institutionnelle au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo, directeur général d’un institut supérieur, fait lui aussi son entrée au niveau du Sénat. Avec ces six nouveaux membres désignés, les 18 nouveaux sénateurs sont donc tous connus. Les 12 autres sénateurs avaient pour rappel été élus lors de l’élection de décembre 2020. En tout et pour tout, il y aura donc 16 hommes et 2 femmes au Palais de verre d’Anosikely.
La question que se posent dorénavant les observateurs est de savoir qui sera le président ou la présidente du Sénat. Celui ou celle qui sera désigné(e) sera le neuvième président du Sénat. Les supputations vont bon train. Parmi les sénateurs élus et désignés, des noms sont susurrés. Bon nombre d’observateurs estiment que le futur président du Sénat figure parmi les sénateurs issus du quota présidentiel annoncés hier. Le nom d’un des trois magistrats désignés hier revient à ce propos avec insistance. En tout cas, il est sûr que la personne qui siègera au perchoir du Sénat sera une personne de confiance d’Andry Rajoelina.
Cet homme ou cette femme sera en effet amenée à prendre l’intérim du Chef de l’Etat en cas de vacance du poste, conformément aux dispositions constitutionnelles. La loi fondamentale ajoute que le Chef de l’Etat en exercice, candidat à l’élection présidentielle, démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin. Si Andry Rajoelina candidate pour un second mandat, il choisira une personne de confiance, pour présider la Chambre haute.
L’identité du nouveau président du Sénat ne devrait pas tarder à être connu. La première session du Sénat aura lieu ce jour, le deuxième mardi suivant la proclamation des résultats définitifs par la HCC. Les sénateurs se pencheront lors de cette session sur la mise en place du bureau permanent et l’élaboration d’un nouveau règlement intérieur. La passation entre ce nouveau bureau et l’ancien devra avoir lieu avant le début de la semaine prochaine. 
La Rédaction

Le Sénat cherche son bureau permanent


Les nouveaux sénateurs vont se réunir pour une première législature ce jour. Ils mettront en place les nouveaux membres du bureau permanent. Selon les informations recueillies, ils seront au nombre de 4. Mais tous les sénateurs ont une obligation de redevabilité envers le peuple et le Président.
Les nouveaux membres de la Chambre haute sont connus. A part les membres élus, au nombre de 12 à raison de 2 par provinces, les 6 membres nommés par le Président de la République sont désormais aussi connus. Ils sont déjà connus du public si l’on ne cite qu’Herilaza Imbiki, Ndriamanjary Jean André ou Tsiebo Mahaleo Richard Victor.
Les négociations actuelles se trouvent alors dans la composition des nouveaux membres du bureau permanent. Selon les informations recueillies, ils seront au nombre de 4 : le président du Sénat, le vice-président, le questeur et le rapporteur général. Les négociations vont bon train et toutes les cartes sont jetées sur l’échiquier politique.
Mais le sénateur Tsiebo Mahaleo Richard Victor n’en est pas à ce stade actuellement. Questionné sur cette nouvelle nomination, il a d’abord adressé ses « sincères remerciements à Monsieur le Président de la République pour avoir mis sa confiance en ma personne. Comme on le constate, loyauté et fidélité sont des valeurs toujours payantes ».
Il a poursuivi que « le Président Andry Rajoelina est un homme toujours à cheval sur les principes ». « Aussi nous en qui il a misé sa confiance devons agir de la sorte en mettant en avant la redevabilité sociale et l’obligation de résultat », a-t-il maintenu. Un message adressé non seulement à tous les sénateurs mais également à tous ceux qui ont été nommés en Conseil des ministres.
Pour ce qui est du Sénat en particulier, le nouveau sénateur a ajouté qu’ « à cette nouvelle législature, nouvelle mode de gouvernance, pour de nouveaux objectifs en l’occurrence la réalisation du PEM ». Aussi, « chaque institution a sa part de responsabilité dans cette œuvre nationale qu’est la transformation en actions des ‘‘Velirano’’ ».
Le sénateur Tsiebo Mahaleo Richard Victor défend donc que « le nouveau Sénat doit être une figure de proue dans cette mission sacro-sainte ». Etant une chambre haute, une chambre des sages, les nouveaux sénateurs ont l’obligation de redevabilité envers le peuple et le pays dans la réalisation du Plan Emergence de Madagascar (PEM) initié par le Chef de l’Etat.

 

Fil infos

  • Construction illicite - Un Nabab nargue la Mairie d’Antananarivo
  • Indisponibilité de Soamandrakizay - Tant pis pour l’Opposition
  • Conseil des ministres - Le président de l’Université de Toamasina limogé
  • Etudes universitaires - L'époque où les bourses n'étaient pas systématiques !
  • Caisse de retraites civiles et militaires - Un déficit de 213 % l'année dernière
  • Barea de Madagascar - Ne tirez pas sur l’artiste Dupuis !
  • Tests Covid-19 - Attention aux faux négatifs !
  • Education - 500 000 ariary d’aides spéciales pour chaque maître FRAM
  • Marc Randrianisa recherché - Pour appel au meurtre contre Mialy R. et ses enfants
  • Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De Marc à Marco …
    Il n’y a qu’un pas à faire ! Plus précisément, un brin de cheveu à repérer ! Entre Marc Ravalomanana (MR) et Marc Randrianisa (MR), le même sigle, la ressemblance frappe trop du moins par un prénom drôlement identique « Marc » et dans le mode pensée ainsi que la manière d’agir bizarrement le même. Si le premier ne jure que par la chute du régime « Orange » autrement dit la mort politique de Rajoelina Andry, le second s’entiche à attenter à la vie (physiquement) de Rajoelina et à sa petite famille. Si le premier Marc, au nom d’une vengeance viscérale, se caressait discrètement l’idée de voir se réaliser son macabre projet et agissait ouvertement pour le concrétiser et cela depuis 2007-2009 tandis que le second Marc depuis 2009 couve l’idée diabolique d’abattre Rajoelina, lui et ses proches. Enfin, si le premier s’était « enfui » au pays de…

A bout portant

AutoDiff