Publié dans Politique

Pillage à Toliara - 30 auteurs du forfait arrêtés

Publié le dimanche, 28 février 2021

Des arrestations massives, soit une trentaine et dont la plupart sont des tireurs de pousse-pousse et non des étudiants, mais aussi 3 blessés, composés d'éléments des Forces de sécurité !  Cette information est de la Circonscription régionale de gendarmerie de Toliara. Et tel était le bilan du pillage dont cette ville du Sud en était le théâtre, samedi dernier, une escalade qui a poussé ces mêmes Forces d'une façon assez musclée. Hier, une source auprès de la Gendarmerie a annoncé que toutes ces personnes arrêtées devraient être soumises à une enquête dans les locaux de la section de recherche criminelle de cette même Force à Toliara.  D'après toujours une information de cette source à Toliara, ces actes répréhensibles étaient le fait d'une bande d'individus qui sont loin d'être des étudiants de l'université de Maninday.

 

Car pendant que ces derniers s'étaient affrontés ouvertement avec l'EMMONAT, qui a tenté de les refouler   jusqu'à Maninday, dans le secteur du campus où on a assisté à des tirs  à profusion de bombes lacrymogènes ou encore de semonces visant à disperser les universitaires en grève, sans parler des projectiles  de toute sorte lancées par ces derniers,  cette horde de pilleurs a  donc parallèlement fait des siennes.  Plusieurs témoins assurent que ces derniers se dirigeaient vers le centre-ville, via les zones périphériques, avant qu'ils ne fondent sur les épiceries ou autres petits commerces qu'ils ont impitoyablement dévalisés, comme cela s'est produit dans un secteur situé au nord du cimetière à Andolom-bazaha. Une dizaine de boutiques y ont souffert de ces pillages. Après le sac du secteur, les pilleurs se sont par la suite rués sur les locaux de la SINPA où ils ont tenté de rééditer leur sale coup.   L'objectif était de s'emparer du riz du Gouvernement. Mais là, ils s'étaient heurtés aux Forces de l'ordre, qui les en ont empêchés faire.

Depuis, le préfet de Toliara, à l'issue d'une récente réunion de l'Organisation mixte de conception (OMC), est ferme. “Nous tenons à mettre en garde tous ces profiteurs car nous ne tolèrerons plus jamais aucun dérapage à l'avenir”, lance-t-il.  Dans la même foulée, il appelle la population locale au calme car les Forces de sécurité ont pris l'affaire en main. De même, il exhorte les étudiants à rester impérativement dans la zone du campus.  Depuis, ces derniers ont cessé la grève et ont accepté de réintégrer l'université. Leur récente rencontre avec le ministre de la Jeunesse et des Sports y est sans doute pour quelque chose. La question évoquée de réhabilitation de sanitaires dans les locaux du campus étant à l'ordre du jour. Enfin, il invite les commerçants à rester vigilants, quitte à les pousser à fermer boutique sur- le- champ en cas de situation alarmante. Un calme trompeur régnait dans la cité du soleil, du moins selon la Gendarmerie, et que l'enquête sur ces pillages se poursuit encore.

Franck R.

Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff